20 conseils pour photographier les aurores boréales

Frissonnez et capturez l’un des plus beaux spectacles de la nature

Une aurore boréale, cela se mérite… et cela se prépare ! Toutes les périodes de l’année possèdent leur lot de spectacles naturels exceptionnels et il faut reconnaître que les aurores boréales font partie des plus fascinants à observer. Un phénomène quasi magique mais aussi imprévisible que vous voudrez immortaliser. Étant donné les conditions d’observation, parfois rudes et les difficultés qui se présentent au moment de les photographier, mieux vaut penser minutieusement votre visite.

Si vous planifiez un futur voyage dans l’hémisphère nord et que vous désirez réaliser des photographies spectaculaires, voici nos 20 conseils pour réussir vos photos à coup sur. Nous nous pencherons sur le matériel indispensable pour ensuite développer différentes techniques afin que le souvenir de ce spectacle ne soit pas seulement dans votre tête mais aussi au cœur de votre album de vacances.

20 conseils pour photographier les aurores boréales

Beaucoup de légendes sont nées avec les aurores boréales. Le nom de ce phénomène provient du nom grec Boreas qui signifie « nord » et d’ « Aurora », qui fait référence à la déesse romaine de l’aube. Leur origine est due à un processus naturel vraiment complexe que je ne vais pas détailler ici (et la Nasa continue à les observer pour les comprendre en profondeur, c’est dire…)

Voici nos quelques conseils qui vous permettront de vous couper de la civilisation durant quelques jours pour savourer le spectacle de la nature et réaliser les plus belles photographies de votre vie.

Avant tout :

1. Demandez conseil et gardez un œil sur l’activité solaire

Les aurores boréales sont directement en relation avec l’activité du soleil. Sans entrer trop dans les détails, des particules de plasma émises par le soleil atteignent la terre au niveau des pôles. Elles se déplacent en suivant des lignes de circuits électriques présentes dans la dernière couche atmosphérique terrestre et finissent par former un cercle autour des pôles magnétiques : l’ovale ou cercle auroral.

Ensuite les couleurs de l’aurore dépendent de la composition des gaz qui se trouvent dans l’atmosphère au niveau de la formation de l’aurore mais aussi de la densité de l’atmosphère et de la quantité d’énergies en cause. Les vertes sont les plus faciles à admirer avec des extrémités roses ou rouges. Les aurores bleues ou mauves sont plus difficiles à observer car elles se confondent avec le ciel obscur.

2. Planifiez votre escapade à temps

Ce post arrive peut-être un peu tard cette année mais voilà de quoi vous préparer pour l’année prochaine. Les aurores boréales ne sont pas observables tout au long de l’année, (faut-il le rappeler) elles se formeront à partir du début du mois d’octobre jusqu’à la fin du mois de février. Selon les régions, elles seront peut-être visibles avant ou après cette date mais mieux vaut privilégier la période « théorique » pour être certain de pouvoir les admirer. Durant cette période, le mois de décembre est certainement le moins intéressant (nuit polaire) tandis que le mois de janvier offre des sujets fabuleux au photographe avec des jeux de lumières et un soleil qui émerge lentement sous l’horizon. 

Observez le cycle de la lune pour éviter de sortir une nuit de pleine lune qui risquerait d’éblouir le phénomène des aurores boréales et préférez les nuits de la semaine de la nouvelle lune. Les photographes apprécient aussi la présence d’un petit croissant de lune dans le cadre pour donner plus d’attrait à l’image. Ne sortez pas par temps nuageux, vous risquez d’être vraiment déçu (en plus d’être congelé) mais gardez un œil à la météo grâce aux applis spécialisées qui vous avertiront pour les prochaines heures, vous permettant ainsi de sortir quand les conditions sont vraiment propices.

Photographier les aurores boréales : planifier votre visite

Photo de Andrés Nieto Porras

3. Trouvez les meilleurs endroits pour observer les aurores boréales

Vous devrez vous rendre dans les zones comprises entre les latitudes 65 et 70º nord pour les observer, au Nord de la Norvège, en Laponie, en Islande, en Sibérie, au Canada et en Alaska. Ces régions sont situées sous le cercle auroral comme le nord de la Norvège, une zone privilégiée car les possibilités d’observation d’aurores boréales sont élevées, c’est souvent la solution « sécurité » et en plus le climat y est relativement doux étant donné la proximité des côtes. Vous pourriez également opter pour l’Islande, plus au sud de la Norvège, les aurores y sont un peu plus difficiles à observer mais quel spectacle ! En effet, les paysages volcaniques de l’île sont à couper le souffle et plus d’un photographe en est tombé désespéramment amoureux et cela malgré des températures glaciales (n’oubliez pas les petits gants de soie à enfiler en dessous de vos moufles)

Dans tous les cas, vous veillerez à vous éloigner le plus possible de la civilisation pour éviter la pollution lumineuse. Mettez toutes les chances de votre côté et évitez que les lampadaires du petit village (aussi petit soit-il) colorent le ciel d’une lumière orangée pas du tout prévue.

4. Travaillez de nuit mais pas toute la nuit !

Comme toujours, je vous conseillerais de partir en « mission repérage », un jour avant afin de définir les meilleurs spots pour photographier confortablement et en sécurité (c’est essentiel même si je sais que vous recherchez toujours LE cliché épique que tout le monde va envier). Essayez ensuite d’arriver entre deux et trois heures avant le début du phénomène, pour faire les tests de composition, de lumière, … Vous ne serez certainement pas le seul à chasser l’aurore boréale cette nuit-là, si vous arrivez en avance, vous pourrez choisir le meilleur endroit, celui où vous ne risquez pas d’être perturbé dans votre travail.

Les meilleures heures pour photographier les aurores boréales sont comprises entre 22h00 et 01h00, les lumières sont alors plus intenses et les mouvements sont plus intéressants créant des courbes, des lignes horizontales et différentes formes.

Photographier les aurores boréales : travailler de nuit

Photo de Moyan Brenn

5. Ne perdez pas le nord

Pour ne pas le perdre de vue, emmenez avec vous une boussole ou téléchargez une appli d’orientation pour votre smartphone, elle vous maintiendra sur le droit chemin et dans la bonne direction. Quand vous trouvez un horizon ample et ouvert, installez votre équipement pour commencer à travailler.

6. N’oubliez pas de vous emmitoufler et de vous préparer

Ce n’est pas un scoop, l’observation des aurores boréales peut se révéler éprouvante, vous serez amené à travailler à des températures extrêmes, bien en dessous des 0 degrés et aucune couche ne sera de trop. Un bon équipement de ski pourra faire l’affaire, multipliez les couches si vous êtes frileux mais surtout, soignez les extrémités, un bon bonnet ou une chapka pour la tête, des après-skis ou une paire de Sorel Caribou pour les pieds. Comme dit plus haut, n’oubliez pas vos doubles gants pour manipuler votre appareil plus facilement, un thermo remplis de thé ou de chocolat chaud et des petites pochettes chauffe-mains ou chaufferette. Idéalement vous ne resterez pas trop longtemps à l’extérieur, avec ce type de température, vous risquez de mettre votre santé et celle de votre appareil en danger.

Pour vous aider à marcher et travailler plus facilement durant la nuit, équipez-vous d’une lampe frontale, une fois éloigné de la civilisation, vous serez vraiment heureux de pouvoir compter sur elle.

Photographier les aurores boréales : matériel

7. Partez en groupe

Je ne doute pas de vos habilités d’aventurier mais pour ce genre d’aventures, mieux vaut vous unir à un groupe de visiteurs ou vous remettre entre les mains d’un guide qui vous fera découvrir les plus beaux endroits pour observer ce fantastique phénomène naturel. Si vous ne connaissez pas cet environnement, il est particulièrement risqué de vous perdre tout seul en pleine nuit par -30 degrés.

Et si vous persistez et que vous désirez absolument vivre cette expérience en solo, veillez à laisser à vos proches des indications concernant l’heure à laquelle vous pensez être de retour et l’endroit exact où vous désirer photographier. Dans tous les cas téléchargez l’application « 112 Where ARE U » qui enverra un signal GPS de votre position précise, en cas de pépin c’est toujours utile.

Photographier les aurores boréales : partir en groupe

Photo de Titom-666

L’équipement nécessaire

Tous les accessoires ne se valent pas pour cette séance photo. Essayez de ne pas vous encombrer inutilement mais ne laissez pas à la maison ces quelques essentiels.

8. Travaillez avec un appareil reflex

Idéalement, vous travaillerez avec un appareil DSLR ou peut être un appareil hybride, en effet, ces derniers sont toujours plus performants et ils n’ont rien à envier à leurs grands frères, les reflex. Ceci dit, je vous recommanderais plutôt pour le reflex pour être certain de capturer les aurores boréales avec un maximum de qualité et de précision. Vous pourrez travailler en mode manuel et gérer tous les paramètres individuellement afin d’obtenir les résultats désirés.

9. Emportez un seul objectif, deux grand maximum

Ne vous encombrez pas inutilement car l’excursion est loin d’être de tout repos. Choisissez un objectif grand angle, le plus indiqué pour ce genre de clichés car vous pourrez agrandir le champ pour créer des panoramas époustouflants. Pour affronter ce type de conditions, mieux vaut emporter un grand angle résistant et robuste, pensé pour affronter les températures extrêmes. À la boutique, nous proposons le grand angle Irix, un objectif taillé pour ce genre d’expéditions avec sa construction totalement hermétique pour éviter l’entrée d’humidité. En plus il est doté d’un système qui vous indique quand la mise au point est réalisée sur l’infini afin que vous puissiez travailler plus facilement et pour vous aider avec les réglages dans l’obscurité, des inscriptions gravées réfléchissantes aux UV parcourent tout le barillet de l’objectif. Pour l’utiliser, Photo24 vous offre une petite lanterne UV pour les éclairer.

Photographier les aurores boréales : matériel

Et si vous préférez le kit complet pour réaliser des séances photos nocturnes avec l’objectif, le trépied avec rotule et la télécommande, cliquez ci-dessous :

Photographier les aurores boréales : matériel

Le téléobjectif semble moins adapté cependant il vous permettra d’exclure du cadre certains éléments impossible à faire disparaître (un village, une tour, …) pour vous centrer sur le sujet principal de la scène.

Photographier les aurores boréales : matériel

Photo de Moyan Brenn

10. Une stabilité à toute épreuve

Impossible de réaliser de bonnes photos des aurores boréales sans un bon trépied, un accessoire indispensable pour éviter les flous de bougé. Vous allez travailler avec des poses longues afin de ne pas rater une miette des aurores boréales, une technique qui exige une stabilité impeccable. Ne le bloquez pas à une hauteur excessive car avec la force du vent, il pourrait chuter très facilement.

Vérifiez que les pieds soient parfaitement vissés au sol et votre appareil parfaitement stable avant de déclencher, cela vous évitera un temps précieux en post traitement. À nouveau, vous choisirez un trépied prêt à affronter la neige et les températures froides comme ce trépied Triopo qui possède un revêtement spécial au niveau des pieds pour protéger le matériel et assurer la meilleure adhérence au sol.

Photographier les aurores boréales : trépied

11. N’oubliez pas votre télécommande

Comme le trépied, la télécommande est essentielle pour éviter les flous de bougés durant les poses longues. Mettez toutes les chances de votre côté et ne prenez pas le risque de ruiner le travail de toute une nuit juste parce que vous avez pressé le déclencheur. Sans compter qu’avec ce type de température, il est beaucoup plus simple de manipuler une télécommande avec des gants qu’un appareil photo et ses petits boutons rapprochés.

Photographier les aurores boréales : télécommande

12. Des batteries d’appoint

Vos batteries risquent de se décharger plus rapidement que d’ordinaire en raison des basses températures. Il vous est donc conseillé de les transporter proches de vous afin qu’elle soit le plus possible en contact avec la chaleur corporelle. Emmenez une ou deux batteries de rechange, on n’en a jamais de trop. Vous imaginez la frustration au moment d’interrompre votre travail parce que vous n’avez plus de batterie.

13. Des cartes mémoire de rechange.

À moins que vous soyez un grand passionné des aurores ou parce que les observer, c’est votre métier (veinard), vous n’allez certainement pas revoir cet endroit dans votre vie… Ne faites pas l’erreur de compter seulement une seule carte mémoire. Elles occupent peu de place et elles peuvent sauver vos souvenirs, cela vaut la peine non ? En plus, il existe des cartes spécialement conçues pour résister aux températures extrêmes.

Photographier les aurores boréales : les cartes mémoires

Pour maintenir votre appareil en bon état après votre excursion nocturne, il est important de ne pas sortir tout de suite votre appareil de votre sac (vous aurez peut-être envie de voir les résultats de suite mais non, allez plutôt dormir), laissez-le à l’intérieur du sac pour qu’il se réchauffe petit à petit et n’affronte pas un choc thermique trop brutal. Si vous le sortez de suite, son mécanisme risque d’être affecté et vous verrez peut-être apparaître de la buée à l’intérieur de l’objectif.

Configuration de votre appareil :

14. Travaillez en format RAW

Choisissez ce format pour une meilleur qualité d’image et pour pouvoir retoucher vos photos sans perte de données. Vous prendrez plusieurs cartes mémoire pour vous assurer de disposer de tout l’espace dont vous avez envie (le format RAW est beaucoup plus lourd que le format JPEG). Si vous ne travaillez pas en RAW, la compression des images va détruire les plus petites étoiles et vous éliminerez des détails qui apportaient un plus à vos photos. Votre capteur est également plus dynamique en RAW, ce qui lui permettra de capter toutes les intensités lumineuses des aurores boréales.

15. N’utilisez pas la valeur ISO maximale

Personnellement, je conseillerais de tester des valeurs ISO comprises entre 400 et 1600 dans un premier temps.Tout dépend de la quantité de lumière dont vous avez besoin et les effets que vous recherchez. Vous travaillez  dans l’obscurité donc il sera très difficile de travailler avec de faibles valeurs ISO.

Photographier les aurores boréales : la valeur ISO

Photo de Hafsteinn Robertsson

16. Testez plusieurs durées d’exposition

Il n’y a pas de science exacte concernant la durée d’exposition, tout dépend de la situation, de l’allure du ciel et de la présence plus ou moins réduite de pollution lumineuse. Comme toujours, réalisez quelques tests, avec des durées comprises entre 8 et 60 secondes. Essayez de travailler en mode BULB pour capter toutes les tonalités des aurores boréales que votre oeil ne peut voir. Pour en savoir plus sur le mode BULB, cliquez ici.

17. Réalisez la mise au point sur l’infini

De nuit, la mise au point en mode automatique est toujours délicate, mieux vaut passer directement en mode manuel. Les aurores boréales ne pourront pas être prises comme point de repère pour la mise au point, elles sont beaucoup trop éloignées. Vous pourrez donc viser une source lumineuse et brillante au loin (elle doit être relativement éloignée elle aussi) et réaliser la mise au point sur elle grâce au liveview (pour ne pas tourner de l’oeil à travers votre viseur). Si vous travaillez avec une valeur focale inférieure à f/2.8, redoublez d’attention, une photo floue est vite capturée, surtout quand il s’agit de photographier des aurores boréales qui sont tout sauf immobiles. Vous pourrez également réaliser la mise au point sur l’infini mais cette technique demande un peu plus de pratique pour obtenir de bons résultats. Dans tous les cas souvenez-vous que l’objectif Irix est décidément l’objectif de rêve pour la photo nocturne grâce au clic sonore qui se manifeste quand la mise au point est réalisée sur l’infini. Un détail que vous ne trouverez pas sur d’autres objectifs grand angle.

18. Soignez la composition

Même si la beauté de ce phénomène naturel inondera n’importe laquelle de vos photos, essayez tout de même de soigner la composition au maximum. Les aurores boréales peuvent perdre de leur force si la composition n’a ni queue, ni tête. Pour donner plus de souffle à votre cliché, vous pourriez inclure un objet, un arbre ou un élément digne d’intérêt qui posera le contexte de votre photo. De cette manière, il sera plus facile de capter l’oeil du spectateur.

Photographier les aurores boréales : la composition

Photo de Chris

19. Et l’ouverture de diaphragme alors ?

La meilleure solution consiste à travailler avec l’ouverture maximale de diaphragme afin de capturer la plus grande quantité de lumière possible. De cette manière, vos aurores boréales seront plus intenses sur photo. Bien entendu, ce conseil ne vaut que si vous travaillez dans une zone sans pollution lumineuse, si vous êtes proche d’une ville ou d’un village, vous devrez certainement réaliser plusieurs réglages avant d’obtenir l’effet désiré.

20. Réaliser des time-lapse

Votre appareil est capable de voir des choses que nos yeux ne peuvent percevoir. Avec une faible brume, il nous sera plus difficile de distinguer les aurores boréales hors nos appareils, eux, en sont capables. Pour contourner cette difficulté, réalisez une time-lapse : votre appareil, réglé en mode automatique va vous permettre d’observer les variations de couleurs et de mouvements durant quelques minutes et pendant ce temps vous pourrez pleinement profiter du spectacle.

aurores boréales : time-lapse

Photo de Aarron Foat

Profitez le plus possible !

Peu de gens auront la chance d’admirer un jour le spectacle des aurores boréales, rappelez-vous de cela quand vous serez là-bas, la tête dans les étoiles. Essayez de ne pas déployer trop d’énergie pour obtenir des clichés incroyables, profitez également de ce cadeau de la nature, ne restez pas accroché au viseur de votre appareil, des moments comme ceux-là, on n’en vit qu’une fois dans sa vie. N’hésitez pas à passer plusieurs jours dans la région pour être certain de pouvoir assister à ce grand moment, une aurore boréale cela se mérite ! Racontez-vous vos expériences si vous avez eu la chance de partir au nord pour les photographier et envoyez-nous vos photos !

Laissez votre vote

13 points
Upvote Downvote

Total votes: 15

Upvotes: 14

Upvotes percentage: 93.333333%

Downvotes: 1

Downvotes percentage: 6.666667%

Écrit par Charlotte Thimister

Je suis née à Liège en 1988. Je suis historienne de formation mais aussi amoureuse d'art et de photographie. Enthousiaste de pouvoir partager ma passion à travers quelques mots et clichés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *