Téléobjectif Tamron 100-400 mm : test complet et impressions

Le plus polyvalent sur la moyenne-longue distance

Téléobjectif Tamron 100-400 mm

J’ai acquis mon nouveau téléobjectif Tamron 100-400 mm f/4.5-6.3, il y a peu de temps. Dans cet article, je vous explique pourquoi, selon moi, ce téléobjectif est le plus polyvalent et le plus pratique du marché. Un achat 100% recommendable à un prix très intéressant.

Pourquoi acheter un nouveau téléobjectif ?

Comme passionné de photographie, j’essaie de compléter au fur et à mesure mon matériel avec des produits de qualité au meilleur prix. Plus j’approfondis mes connaissances en photo, plus j’acquiers du matériel de grande qualité. Il faut dire néanmoins qu’il me reste beaucoup à apprendre en photo.

 

« On oublie souvent qu’on peut faire de magnifiques photos de paysages avec un bon téléobjectif »

Mon premier changement de comportement, et je le recommande fortement, a été d’oublier les objectifs vendus en kit avec les boîtiers et de chercher un objectif de qualité que je puisse utiliser au quotidien. Cependant, au fur et à mesure que mes recherches avançaient, je me suis rendu compte qu’il me fallait choisir de bons objectifs dont la portée de travail correspondrait à mes besoins, bien que les objectifs tout terrains soient très bons.

Une fois passée cette peur de changer d’objectifs, on se rend compte que finalement c’est la qualité qui prime. Je pense qu’il est très intéressant, du moins selon mon expérience, d’avoir de bons objectifs sur chaque distance focale, avec une relation qualité/prix intéressante, et ainsi d’utiliser celui qui correspondra le mieux à ce que vous souhaitez photographier.

 

J’ai déjà évoqué dans d’autres articles de bons objectifs d’une qualité optique surprenante par rapport à leur prix. Ainsi, pour les objectifs grand angle, j’ai cité plusieurs fois, et je continuerai de le faire, les objectifs Irix, car ils me paraissent vraiment extraordinaires. Ce sont de très bons objectifs pour le prix qu’ils coûtent. Certains pourront penser qu’ils sont chers, mais ce n’est pas des objectifs de mauvaise qualité optique, nous parlons d’objectifs d’une qualité équivalente aux grand angle de Zeiss, d’une valeur d’environ 2.500€. Il faut donc préciser que les Irix coûtent un peu plus de 500€.

J’ai décidé aujourd’hui d’investir dans des téléobjectifs. Depuis plusieurs années, j’ai dans l’un de mes placards, un téléobjectif zoom qui, bien qu’il soit doté d’un stabilisateur, ne m’ offrait pas la qualité d’image que je recherchais. Dans certaines situations, il m’allait bien mais pour d’autres, la vitesse d’obturation, le niveau de stabilisation et surtout la qualité d’images n’étaient pas exceptionnels. En résumé, lors des photos zoomées, il n’avait pas la qualité suffisante, celle que j’attendais.

Il y a quelques mois, j’ai eu l’opportunité d’essayer un téléobjectif Canon, le EF 100 – 400 mm f/4.5 – 5.6 L version I et j’avoue que j’ai été conquis. La portée du zoom, le stabilisateur et surtout la qualité d’images surpassaient sans aucun doute l’autre téléobjectif. Naissait ainsi ce virus qui pique tous ceux qui essaient le super objet d’un ami et qui donne envie de courir en acheter un. Je ne veux pas l’appeler la jalousie mais plutôt « l’envie d’amélioration »… ahahaha

« Le modèle de Canon Mark I  possède un mécanisme de zoom s’étirant mais le modèle Mark II comme celui du Tamron, le zoom se contrôle en tournant un anneau »

Quand j’ai commencé à chercher cet objectif, j’ai découvert qu’une nouvelle version était sur le marché, le Mark II, et que le modèle que j’avais testé, n’était plus commercialisé. Ma second découverte, et je suis tombé de ma chaise, a été son prix, plus de 2 000 € !

Avec un budget ne pouvant dépasser les 1 000 € (et il vaut mieux que ma famille ne le sache pas), cette option était au-dessus de mes moyens. En cherchant des alternatives, je trouvais deux options, proposées par des marques de prestige, correspondant à la distance focale recherchée et entrant dans mon budget : l’une de Sigma et l’autre de Tamron.

Je me documentais afin de faire mon choix entre l’un et l’autre objectif. Je trouvais des tests et articles de grands photographes connus internationalement. Ils disaient, entre autres, que les deux sont d’une qualité optique semblable à celle du Canon. Bien qu’ils n’aient pas la même luminosité (une différence de seulement un stop), ces appareils photo modernes offrent la possibilité de travailler avec des ISO plus élevés et ne présentent aucun inconvénient.

 

« Aidé d’un trépied ou en augmentant les ISO, nous avons la solution parfaite pour combler le manque éventuel de lumière »

Il semble pourtant que l’option Sigma ou Tamron n’a rien d’insensée. Il faut maintenant se décider entre une marque et l’autre.

Ces dernières années, ces deux marques ont fait de grands efforts pour améliorer la qualité de leurs objectifs. Sigma avec ses séries ART, Contemporary (comme ce 100-400 mm) et Sport ainsi que Tamron avec sa série d’objectifs SP, dotés du meilleur système du marché, on peut dire que les deux marques ont réussi à faire grandir leur réputation.

Bien que ces objectifs soient semblables au niveau de la qualité optique, ils offrent tous deux la possibilité d’actualiser leurs firmware ou de modifier leurs paramètres d’utilisation et les différentes configurations de l’objectif grâce à un accessoire (vendu séparément) se connectant à l’ordinateur par USB. Cette option intéressante nous permet ainsi de régler les limites de la mise au point, le mode de fonctionnement du stabilisateur, etc.  A noter que Canon ne dispose pas de cette option (et il ne faut pas l’attendre).

« Accessoire Tap In Console pour les boîtiers Canon »

Cependant, l’une des caractéristiques qui m’a fait prendre ma décision définitive entre ces 2 objectifs est une option très basique : la possibilité d’ajouter un support de bague ou collier de fixation sur trépied. L’objectif Sigma n’offre pas cette possibilité : il n’y a aucun support ni même un espace sur le modèle pour qu’un autre fabricant l’ajoute. Cependant, chez Tamron, bien qu’il soit vendu séparément, ce support a été spécialement conçu pour cet objectif et nous permet de placer l’ensemble sur la tête de notre trépied de manière équilibrée sans endommager les bayonnettes ni les montures, tout en ayant un niveau de stabilisation beaucoup plus fiable.

« Accessoire pour fixer l’objectif Tamron 100-400 mm sur un trépied avec le système Arca Swiss »

Pour beaucoup de photographes, cette caractéristique leur paraitra de moindre importance, mais lorsqu’on fixe ces objectifs sur l’appareil photo, il y a de grande chance que sur le trépied se produise un déséquilibre, ce qui rend très difficile le travail photographique.

L’autre caractéristique qui a fait pencher la balance pour le Tamron 100 – 400 mm est ses divers éléments de composition en magnésium, rendant ainsi le boîtier plus résistant malgré sa légèreté. Comme ces objectifs sont d’une taille importante, ils ont tendance à être plus vulnérables aux chocs accidentels. Donc ce détail de fabrication a son importance car s’il avait été conçu en polymère, comme le Sigma, il serait moins résistant. Il est également important de préciser que le Tamron 100-400 mm est étanche aux éclaboussures et ses lentilles sont dotées d’un revêtement spécial anti-adhésif, permettant de les maintenir propre plus longtemps.

 

En résumé :

  • D’une grande qualité optique, semblable aux objectifs plus chers
  • Possibilité d’utiliser le Tap In Console (ainsi s’appelle le dock-USB permettant d’actualiser l’objectif sur l’ordinateur).
  • Possibilité d’ajouter un support pour le trépied
  • Bon système de stabilisation et de suivi d’objets en mouvement
  • Léger et résistant grâce à ses éléments en magnésium
  • Etanche aux éclaboussures et revêtement spécial
  • Un prix inférieur à 900€
  • Avec, en plus une garantie de 5 ans offerte par Tamron, dans les canaux de distribution autorisés

 

Avec toutes les caractéristiques citées précédemment, je dois dire que l’objectif qui s’adaptera le mieux à mes besoins (et je pense également à tous ceux qui cherchent un téléobjectif de cette distance focale) est le Tamron 100-400mm f/4.5-6.3 Di VC USD.

Caractéristiques techniques Tamron 100-400 mm

Maintenant que j’ai choisi mon objectif, je vais vous présenter plus concrètement ses caractéristiques techniques.

Caractéristiques optiques

L’objectif Tamron 100-400 mm est composé de trois lentilles de faible dispersion éliminant les aberrations chromatiques et offrant une netteté et une définition impeccables. A noter que son design optique a permis de réduire le nombre de lentilles lors de sa construction, ce qui le différencie de la concurrence puisque la lumière frappe plus directement sur le capteur.

La lentille avant de l’objectif est recouverte d’un revêtement spécial la protégeant des rayures, de la poussière, de l’eau et de la saleté. En plus, les parties mobiles sont hermétiques, ce qui permet de l’utiliser à l’extérieur dans des environnements poussiéreux, etc.

 

D’autres éléments ont été intégrés au système optique comme le revêtement eBAND et le BBAR offrant un rendu exceptionnel anti-reflets ainsi qu’une une superbe transmission de la lumière sans parasites et une quantité moindre, quasi nulle, de « flares ».

En comparaison avec la concurrence, l’objectif Tamron 100-400 mm présente une distance focale très réduite (moins d’un mètre et demi) pour ce type d’objectifs et un rapport de grossissement de 1:36. Vous pourrez alors utiliser cet objectif pour photographier des éléments de près, tout en vous rapprochant suffisamment de l’élément en question.

 

« Avec cet objectif Tamron, on obtient de très bons premiers plans et une belle mise au point sélective »

Cet objectif est compatible avec les multiplicateurs proposés par Tamron sur le marché comme le x1.4 ou le x2 permettant de multiplier la focale jusqu’à 800 mm avec les capteurs Full Frame, tout en gardant une grande qualité et en perdant peu de lumière.

Les multiplicateurs permettent d’augmenter la distance focale de nos objectifs à des instants précis »

Caractéristiques électroniques

L’un des avantages de l’objectif Tamron 100 – 400 mm est qu’il est doté d’un double microprocesseur, s’occupant de suivre à grande vitesse l’élément de mise au point et de compenser les vibrations. Ces deux microprocesseurs ont fait le succès de la marque Tamron, car ils permettent à l’objectif de suivre parfaitement les objets en mouvement, quelle que soit leur direction et de stabiliser l’image arrivant au capteur.

Il faut également préciser que l’objectif Tamron 100 – 400 mm est compatible avec le TAP IN CONSOLE. C’est un dispositif USB nous permettant de mettre à jour certains paramètres de nos objectifs et d’actualiser le software intégré dans les puces électroniques (firmware) qui le contrôlent. Nous pouvons ainsi régler les différentes distances focales. Je prends un exemple : un jour, je souhaite réaliser des photos d’oiseaux à 50 mètres de distance, alors grâce à ce dispositif je peux configurer l’autofocus pour qu’il couvre une distance de 50 mètres à l’infini. Ainsi, nous pouvons faire la mise au point beaucoup plus rapidement si l’intervalle de recherche d’autofocus est plus restreint.

De la même manière, nous pouvons configurer le niveau de compensation des vibrations en fonction du type de photo que nous souhaitons faire. Vendu séparément, ce dispositif  est recommandé pour les photographes qui cherchent une limite dans leurs photos. L’utilisateur moyen, lui aussi, aura son application, mais avec les réglages d’usine, nous pouvons couvrir tous les types de photo recommandés pour cette focale.

Caractéristiques physiques Tamron 100 – 400 mm

Le Tamron 100 – 400 mm possède de nombreux aspects physiques remarquables dont le plus intéressant est sa légèreté. Lors des sorties photo, cet atout n’est pas à négliger puisque vous pourrez le porter dans votre sac ou le fixer sur l’appareil photo, sans grands efforts. La concurrence, quant à elle, propose des objectifs pesant environ plus de 30%, notamment ceux de Canon. Ce poids supplémentaire peut paraître anodin, mais lorsque nous marchons durant des heures avec ces « grands », un gramme de plus peut faire toute la différence.

Outre son poids léger et l’aide précieuse du VC (stabilisateur d’images), il se manie avec une grande aisance lorsque nous réalisons des images « appareil photo en main » sans avoir besoin de trépied ni de monopode. Il faut dire que le poids de l’appareil photo est déterminant. Par exemple, j’ai des collègues qui possèdent de lourds objectifs comme des 150 – 600 mm, et même encore plus lourds, et le plus souvent, ils sont rangés dans leurs sacs que sortis pour déclencher. Ce facteur a été également déterminant lorsque je me suis décidé pour cette focale et non pour d’autres plus longues.

« L’appareil photo et son objectif offrent un ensemble réduit et maniable »

Comme je l’ai déjà dit précédemment, l’objectif Tamron 100 – 400 mm a été renforcé par des éléments en magnésium afin que l’ensemble soit plus solide, bien que cet objectif reste léger. Certaines bagues, fabriquées dans ce matériau, ont été disposées à des endroits clés dans le but de les rendre plus rigides et résistantes lors des chocs ou chutes éventuels. Heureusement, on fait toujours attention à ce qu’il ne tombe pas ni reçoive de coups.

Le boîtier est étanche à l’humidité, mais cela ne signifie pas que nous pouvons faire des photos sous-marines avec l’objectif. Néanmoins, il supportera un haut niveau d’humidité sans danger qu’elle pénètre dans l’objectif et forme de la buée sur certaines des lentilles. Cette caractéristique est très importante pour ceux qui vivent près de la mer où il y a un degré élevé d’humidité et donc de grandes possibilités de condensation, notamment en photographie nocturne.

 

« L’ensemble est également maniable avec l’objectif étendu ce qui permet de se déplacer facilement et de changer de cadre rapidement, sans risque de donner un coup par inadvertance »

Il faut également rappeler qu’on peut fixer une bague de support pour trépied sur le Tamron 100 – 400 mm, à la différence avec le Sigma équivalent. Pour ce type de focale, cet élément est indispensable. Il sera nécessaire dans de nombreuses occasions d’installer l’appareil photo et son objectif sur un trépied ou monopode, et ce collier de fixation permettra d’équilibrer l’ensemble, de ne pas forcer sur les montures et de doter le système d’une plus grande stabilité que si nous étions obligés de fixer directement le trépied sur l’appareil photo.

 

« Le support pour trépied pour le Tamron 100-400 mm est disponible sur le marché, nous devons alors utiliser un trépied robuste comme mon Vanguard Abeo Pro 283 »

En plus, la monture pour trépied est de type Arca-Swiss ce qui permet de l’utiliser avec une grande partie des trépieds sans avoir à fixer avant aucun autre type de griffe. Je suis sûr que la concurrence l’ajoutera plus tard sur leurs nouveaux modèles, même de forme optionnelle comme Tamron.

Grâce au support, l’ensemble est plus équilibré et nous permet d’utiliser des trépieds plus légers »

Test sur le terrain

J’ai eu à peine le temps de sortir avec cet objectif pour réaliser des photos, mais je suis déjà sous le charme. Au niveau de la qualité, de son transport et de son emploi, toutes mes attentes ont été satisfaites et même surpassées.

J’ai eu la possibilité d’essayer l’objectif de Canon EF 100-400 mm f/4.5-5.6 L I il y a quelques mois afin de le comparer avec d’autres marques. J’aurais bien aimé le tester en même temps que le dernier modèle Mark II mais je n’ai pas eu cette chance.

En comparaision avec la version I, je peux vous assurer que le fonctionnement de la partie électronique de l’objectif, aussi bien au niveau de la stabilisation (grain et bruit) que sur le suivi de la mise au point sur les objets en mouvement, les avantages du Tamron 100 – 400 mm sont nettement supérieurs. En plus les couleurs sont plus vives que celles du Canon, obsolètes.

« Ajouter un 100 – 400 mm dans mon sac m’a permis de changer de point de vue sur mes paysages favoris. En plus, la polyvalence de ce 100-400 mm me donne la possibilité de faire d’autres types de photos comme sportives ou de nature »

Opticalement parlant, cet objectif a également d’une qualité supérieure, à une différence près mais qui se remarque (du moins, je l’ai remarqué sur les tests que j’ai faits), sur les bords de l’image. La résolution de l’objectif Canon est très bonne mais seulement sur les contours alors que le Tamron offre une bonne résolution du centre de la photo jusqu’à ses bords.

La combinaison du VC avec son poids léger fait que l’utilisation à main levée du Tamron 100-400 mm est beaucoup plus facile que le Canon, pesant plus d’un quart de kilo de plus, que notre dos payera tôt ou tard.

Qualité d’image

La qualité d’image de l’objectif est splendide, dépassant mes attentes même pour les éléments les plus éloignés et avec le zoom au maximum. Avec mon autre objectif télézoom, quand j’essayais de prendre une photo à une certaine distance sur la position de la plus grande distance focale, la résolution était très pauvre. Ce Tamron est de meilleure qualité, à un prix un peu plus cher que celui de mon ancien téléobjectif il y a quelques années.

 

 

 

« Agrandissement à 100% de la partie centrale de la photo précédente »

En le comparant avec le 100-400 mm de Canon (version I), nous remarquons que l’image est de plus grande qualité. Si vous observez la photo ci-dessous, vous noterez que les fenêtres et les cordes à linge ont une plus grande définition que sur l’image de gauche, correspondant à l’objectif Canon.

 

J’ai réalisé cette photo dans le but de comparer les aberrations chromatiques et il faut dire que les deux objectifs sont très bien sur ce point puisqu’aucune n’apparaît sur les deux prises.

Si nous zoomons sur la spatule, nous remarquons un petit halo violet sur la photo de droite et vert à gauche. Même s’ils sont peu visibles sur les deux photos, le halo est plus évident sur la photo réalisée avec le Canon.

En zoomant sur le verrou (à gauche de la prise de vue), nous observons que l’image réalisée par le Tamron est de plus grande résolution.

Quant au contraste et la couleur, nous notons que le Tamron a une qualité plus élevée que l’objectif Canon.

Efficacité du stabilisateur de l’image

Quant à l’efficacité du système de mise au point, je ne peux vous en dire que des merveilles. Comme je l’ai expliqué précédemment, il dispose de deux positions ou modes 1 et 2.

Le mode 1 s’utilise lorsque nos objets sont statiques et non lors de suivis d’objets par balayage. Il est idéal lorsque nous photographions, par exemple, un paysage avec peu de lumière et sans trépied. Le mode 2 a été pensé pour stabiliser la prise lorsque nous suivons un élément avec notre appareil photo.

La premier fois qu’on met l’oeil dans le viseur et qu’on zoome au maximum, les éléments bougent dans tous les sens. Cependant lorsqu’on appuie sur le bouton déclencheur et que le VC s’active, c’est comme si quelqu’un vous stabilisait l’objectif, comme si « le monde s’arrêtait ». Cet arrêt permet ainsi de prendre des photos à main levée avec des vitesses incroyablement basses pour les focales utilisées. Selon le mode d’emploi, sa stabilisation correspond à plus de quatre stops.

Si on prend la photo sans stabilisateur à 1/800 s, on peut baisser la vitesse jusqu’à 1/50 s avec le VC activé, sans que la photo apparaisse floue. Et réellement, je crois qu’avec une prise en main solide et selon la focale utilisée, on peut encore baisser la vitesse, notamment grâce à son poids léger.

 

« Photo à 400 mmm f/8 ISO 100  et à une vitesse seulement de 1/100 sans aucun trépied, et on aurait même pu encore baisser la vitesse et fermer encore plus le diaphragme »

Vitesse de mise au point

La vitesse de mise en point est vraiment bonne bien que ce n’est pas l’un des objectifs les plus lumineux. Changer de mise au point se fait quasiment à l’instant même. Il n’est pas forcément essentiel en plus de placer le « point » de mise au point sur l’élément en question et d’appuyer sur le bouton activant l’autofocus.

« La mise au point est instantanée, elle se fait sur le « point » de mise en point sélectionné malgré la distance et la vitesse du sujet »

Il est vrai que ce n’est pas seulement le travail de l’objectif, mais il est également nécessaire que l’appareil photo fasse bien son travail et que les deux se synchronisent à la perfection. Dans ce cas-là, ils se synchronisent parfaitement bien qu’ils soient de deux fabricants différents et la mise au point est quasiment instantannée.

Conclusions

Si vous cherchez un téléiobjectif zoom de moyenne-longue distance d’une qualité optique remarquable et d’une grande fonctionnalité (incomparable avec les objectifs semblables pour son poids léger, la qualité du VC, des accessoires, etc) à un prix raisonnable, vous êtes chanceux car ce Tamron 100-400mm f/4.5-6.3 Di VC USD remplit parfaitement toutes ces options et bien plus encore. Sans parler de sa garantie de 5 ans.

 

Texte original (traduit de l’espagnol) et photos : Alberto Bouzón

Laissez votre évaluation

18 points
Upvote Downvote

Total votes: 20

Upvotes: 19

Upvotes percentage: 95.000000%

Downvotes: 1

Downvotes percentage: 5.000000%

Écrit par Rozenn Le Roux

Originaire de Bretagne, j'écris des guides touristiques à mes heures perdues. Mon appareil photo autour du cou, j'immortalise les scènes de la vie quotidienne et paysages du pays où je me trouve. Une passion que j'apprécie transmettre aux autres par des articles ou images.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *