Accessoires pour réaliser des vidéos avec un DSLR : le son (III)

Avec la vidéo, est arrivé quelque chose de mystérieux aux appareils reflex, hors de portée des yeux du photographe : le son. N’ayons pas peur des mots : avec la grande obsession pour l’image dont font preuve tous les passionnés de cinéma et de photo, le son reste pour la plupart d’entre eux un domaine oublié et négligeable. On ne s’en préoccupe généralement pas, jusqu’au moment on l’on réalise un ou deux projets et qu’on s’aperçoit des pauvres résultats obtenus, faute d’avoir soigné le son. L’image HD a le gros désavantage d’établir un bon niveau de qualité d’image. Et il n’y a rien de plus désagréable que d’avoir une image parfaite, cristalline, à l’éclairage extrêmement soigné et aux couleurs de rêve, pour écouter ensuite des personnages avec un bruit de fond et à un volume très faible. C’est bien pour cela qu’on doit prendre en compte le son comme étant un élément très important, parmi les accessoires pour réaliser des vidéos avec un DSLR.

Il faut être cohérent et ne pas négliger l’audio. Encore moins lorsqu’on sait que travailler dessus de manière basique est extrêmement facile et demande peu de moyens. À la fin de cet article, on présentera quelques accessoires pour réaliser des vidéos avec un DSLR, qui pallient les principales déficiences de ces appareils photo pour enregistrer le son. Puis il vous reviendra de savoir comment exploiter les possibilités de ce dispositif pour obtenir les résultats qui s’adaptent à vos besoins.

(1)
Micro-cravate Boya BY-LM10 pour smartphones et iPad
  • Micro-cravate, cachez-le sous les vêtements
  • Haute qualité, idéale pour la vidéo professionnelle
  • Compatible avec les smartphones et iPad
  • Réduction des bruits et du vent avec le revêtement en mousse
  • Longueur du câble : 1.2 mètres

Notions de base pour l’enregistrement de son avec un appareil DSLR

On pourrait consacrer un autre triptyque d’articles au son, pour évoquer les spécificités, les aspects physiques, l’enregistrement, l’édition… Mais on va se concentrer ici sur les connexions les plus basiques pour avoir un minimum de compréhension de la manière d’enregistrer le son.

Le signal du micro : le signal analogique et le son équilibré

Le micro est un transducteur acoustique-électrique : il convertit les ondes sonores en signal électrique. Cela est possible grâce à une membrane (diaphragme) qui se déplace avec l’air à l’intérieur du champ magnétique. Ce champ se déplace aux côtés de la membrane, faisant en sorte que les électrons d’une bobine se déplacent et donnent lieu au signal électrique qui atteint l’appareil photo.

Vous trouverez principalement deux types de micros : les micros dynamiques, qui n’utilisent pas d’alimentation et les micros à condensateur, que vous trouverez avec davantage de fréquence à utiliser sur votre DSLR et qui requièrent une alimentation par pile ou par source externe (comme l’alimentation Phantom +48 V). Il y en bien plus mais ils sont principalement destinés à l’enregistrement musical.

Image du haut : un Shure SM58, dynamique. Ci-dessus : un Rode NTG-2, à condensateur

Pour brancher les micros sur votre appareil, vous trouverez deux types de connexion essentielles : à 2 voies (mono) et à 3 voies (stéréo/balancé). Les connexions mono à 2 voies disposent d’un signal audio et d’un autre signal de terre. Des signaux propres à des systèmes bon marché et de basse qualité. Normalement, un micro mono doit pouvoir compter sur une connexion XLR ou un câble jack à 3 voies. Pour expliquer le pourquoi, il faut comprendre comment fonctionne un signal balancé.

Connecteurs XLR pour micros

Godox WmicS1 Kit 2 Micro-cravate sans fil UHF
  • Un kit incroyable pour l'enregistrement audio !
  • 2 micros et un récepteur inclus : très complet
  • Super compatible : pour les appareils photo, mobiles, enregistreurs, etc.
  • Transmission jusqu'à 100 m : enregistrez à distance
  • Connexion pour écouteurs : contrôlez l'enregistrement
  • Micros omnidirectionnels : un son de qualité
  • Design portable idéal pour les entrevues et les reportages

Comment fonctionne un signal équilibré ?

Le signal que transmet un câble audio est un signal analogique. Il s’agit d’un signal électrique dont le comportement varie en fonction des oscillations du transducteur qu’a généré le signal. Le problème, c’est que le moindre champ magnétique ou la moindre manipulation du câble peut « contaminer » ce signal, que ce soit avec du bruit, des interférences ou de tout autre type. Pour lutter contre cela, on a recours au balancement du signal.

Le processus du signal est très simple. En premier lieu, le signal original se duplique et s’inverse, il envoie ainsi aussi bien l’original que le dupliqué inversé par des voies séparées. Alors que sur le signal original, un son donne une valeur de +2 dB, par exemple, sur le signal identique inversé, il affiche un signal de -2 dB. Les deux signaux se verront affectés séparément des champs magnétiques dans leur transition par le câble. Lorsque le signal parvient à destination (un appareil photo, une table de mixage, un enregistreur, etc. avec une entrée également balancée), le signal inversé retourne à la position originale et les deux s’ajoutent. En réalisant cela, le bruit qui est rentré lors du passage du câble se trouve cette fois inversé, il s’annule donc dans la somme et est éliminé. Cela vous semblera plus clair avec les schémas ci-dessous :

Traitement du signal non balancé

Traitement du signal balancé

Cette méthode est le méthode standard en audio pour tous les micros courants que vous allez trouver. C’est la raison pour laquelle, si votre appareil ou dispositif audio ne dispose pas d’entrée balancée, vous vous trouvez en dessous d’un niveau de qualité minimum.

Les câbles mini-jack stéréo

Il y a d’autres types de câbles qui utilisent trois voies : les mini-jack stéréo. Normalement, on ne trouve pas de micros stéréo comme tels. Il s’agit en fait de deux micros montés sur un même conteneur. Ils sont placés en forme de « V » ou similaire pour réaliser une captation binaurale, semblable à celle de l’être humain avec les deux oreilles. Ils transmettent par le câble les signaux de chaque micro séparément sans balancer, laissant le troisième pin pour le signal de la terre.

Godox LMS-60G Micro-cravate
  • Micro-cravate Godox : de multiples usages
  • Un enregistrement clair : grand rapport signal/bruit
  • Permet de régler le gain pour plus ou mions d'intensité
  • Omnidirectionnel : capte le son en provenance de n'importe quel endroit
  • Câble de 6 m pour vous déplacer librement
  • Pour tous types d'enregistrements : reportages, entrevues et directs
Vous avez dû voir que le câble est une pièce maîtresse, comme émetteur du signal, du fait de sa nature analogique. C’est la raison pour laquelle plus le câble sera court, moins le risque d’un signal contanimé sera élevé puisqu’il reste moins de temps exposé. Lorqu’on filme, par exemple, avec un micro stéréo installé sur un DSLR qui transmet un signal non balancé, la distance par rapport à l’appareil est si courte que le bruit qu’il peut générer peut s’entendre (faites de toute façon des tests avant de faire face à un enregistrement, afin de connaître le comportement exact du micro). Les micros au signal balancé et avec eux, les dispositifs et appareils photo aux connecteurs compatibles, seront essentiels lorsqu’on enregistrera le son avec une perche, des micros-cravates ou bien d’autres micros qui restent plus éloignés du système d’enregistrement.

Diagrammes polaires : la distance focale du micro

En simplifiant beaucoup, le diagramme polaire définit l’angle de captation d’un micro. En compliquant davantage, en réalité, le diagramme analyse le comportement du micro à 360º, aux estimations selon la fréquence, la direction, le niveau, etc. En général, on travaille en pensant à la classification générale suivante :

Accessoires pour réaliser des vidéos : micros au patron cardioïde

Les microphones au patron cardioïde sont comme des grand angle. Ils se concentrent sur la captation de face, à l’angle assez large. Les meilleurs niveaux d’enregistrement sont le devant. Ils sont surtout employés dans la musique. Rapportés à la vidéo, il s’agit surtout des micros à main des reporters.

Accessoires pour réaliser des vidéos : micros au patron supercardioïde

Les micros au patron supercardioïde sont des téléobjectifs. Ils referment beaucoup l’angle de captation et sont généralement assez sensibles. Ce sont les plus utilisés dans l’audiovisuel. Parfait pour enregistrer des conversations, en concentrant la captation sur la bouche des acteurs, pour des reportages pour isoler la captation d’éléments alentours, etc. Tous les micros des présentateurs de télévision disposent de ce même type de patron. Il existe aussi les hypercardioïdes à l’angle de captation plus étroit.

Micro Super cardioïde Boya Shotgun BY-BM3031
  • Micro super cardioïde
  • Compatible avec les appareils photo dotés d'une mini prise jack 3,5 mm
  • Facile à installer sur la griffe de votre appareil photo
  • Un filtre passe-haut est inclus
  • Fonctionne à l'aide de deux piles AA

Accessoires pour réaliser des vidéos : micros au patron bidirectionnel

Sur ces micros, la membrane est disposée de manière à vibrer dans les deux directions et à capter des deux côtés mais en produisant un seul signal. Ils sont utilisés pour l’enregistrement d’ambiances mais ils ne jouissent pas d’une grande popularité dans l’audiovisuel.

Accessoires pour réaliser des vidéos : micros au patron omnidirectionnel

Ils captent le son à 360º. Parfait pour l’enregistrement d’ambiances générales, même si vous n’en verrez pas beaucoup en réalisation vidéo.

(1)
Micro à main Boya BY-HM100
  • Capturez le son de la meilleure manière
  • Idéal pour les équipements ENG à connexion XLR
  • Utilisez-le pour des entretiens en intérieurs ou en extérieurs
  • Plage de fréquence comprise entre 70 Hz et 15 KHz
  • Capsule isolante pour réduire les bruits de manipulation

Le signal : les niveaux, la saturation et le vumètre

Gain et saturation

Le signal qui parvient à l’appareil photo depuis le micro est très faible puisqu’il compte sur un voltage très faible. Pour cela, on applique ce qu’on connaît comme étant le gain aux signaux des micros lorsqu’ils parviennent à destination. Le gain est un renfort de voltage qui sert à amplifier le signal d’entrée. Abuser du gain génère du bruit et produit une distorsion sur le son. C’est la raison pour laquelle on essaye toujours d’obtenir une bonne distance de la source sonore à enregistrer pour profiter d’un volume adéquat, sans être obligé d’augmenter beaucoup le gain.

Sur les appareils DSLR, le réglage du gain est électronique, il peut être laissé en mode automatique ou manuel. Le problème survient lorsqu’on constate que les modes automatiques ne tiennent pas compte du signal de bruit de fond du micro (c’est un bruit électronique induit par le fonctionnement même du micro). Lorsque le micro ne capte rien, l’appareil photo déclenche le gain à la recherche d’un signal, en amplifiant involontairement le bruit de fond du signal audio. Ce qui finit par remplacer le « silence » (certes, il y a toujours quelque chose qui émet du son, même si celui-ci est très faible) par un « ffffffffff » gênant.

Le comble, c’est que ce système automatique réagit lentement lorsqu’il capte à nouveau l’audio. Un bruit fort soudain après un moment de silence, où le gain automatique est très fort, atteindra l’appareil photo en saturant le signal. Vous identifierez la saturation par un crissement puisque le signal précédent (le point d’entrée du signal) atteint le voltage maximum qu’il peut admettre, en « se surchargeant ». Ces bruits ne peuvent pas être éliminés, si bien qu’il faut répéter les prises. C’est l’équivalent d’une zone totalement surexposée à l’image. Pour éviter cela avec votre appareil, il faut absolument savoir utiliser le mode manuel et comprendre comment fonctionne le VU-mètre.

Boya BY-WM8 Pro K1 Micro-cravate sans fil UHF
  • Micro-cravate sans fil
  • Convient parfaitement aux entrevues
  • Fonctionne jusqu'à 100 m de distance
  • Plus de 6 heures d'autonomie en utilisation continue
  • Des écrans LCD très intuitifs

Vumètre

Le vumètre est un instrument qui mesure le niveau d’un signal audio. Sur votre appareil photo, précisément, il montrera le niveau d’entrée. Sur l’image suivante, il s’agit du vumètre qui apparaît sur les appareils photo numériques Canon :

Si on observe bien, on verra que les unités sont -dB, négatives, avec des valeurs situées entre -40 et 0. L’unité dB est adimensionnelle, elle exprime un rapport comparatif avec une valeur déterminée et un comportement exponentiel. Cela s’explique par le fait que la sensation de sonorité de l’oreille n’est pas linéaire. La valeur 0 dB se réfère au signal maximum, le point où le signal se saturerait. Je ne vais pas donner ici de cours de maths mais je vais essayer de simplifier, en disant que les valeurs -dB économisent des unités de voltage, des niveaux et similaires. En résumé, « ce signal est -X fois en dessous du niveau maximum (0 dB) ».

Accessoires pour réaliser des vidéos : comment obtenir un bon enregistrement du son ?

Maintenant, c’est l’heure de la vérité : que faut-íl faire pour obtenir une bonne prise de son ? Votre première option et la meilleure, consiste à prendre le temps de travailler dessus. Partant du principe qu’on n’a pas beaucoup de patience, une manière basique de travailler pourrait être la suivante :

Micro sans fil Boya BY-WM4 Pro K1
  • Micro sans fil : travaillez sans câbles !
  • Un micro, un émetteur et un récepteur inclus : l'indispensable
  • Micro-cravate omnidirectionnel, un son plus clair
  • Tout indiqué pour les entrevues, les reportages, les vidéos sur Youtube...
  • Peut être utilisé avec votre mobile, appareil photo, caméra...
  • Portée de travail jusqu'à 50 m, plus de mobilité

Briser le mythe : le bruit n’est ni mauvais ni s’élimine à l’aide d’un logiciel

Il y a toujours du bruit du fond. D’abord parce le monde n’est pas silencieux et ensuite parce que l’équipement même fait du bruit. D’où la nécessité de veiller à ce que le bruit soit à un volume beaucoup plus bas que l’audio enregistré, lors de la prise de son. De fait, sur les productions audiovisuelles, on enregistre en général plusieurs minutes de la scène, sans autre son que celui de tout l’équipement mais sous tension puisque c’est la référence du son ambiant de la scène qui restera quand les acteurs seront silencieux. Éliminer manuellement les espaces où les protagonistes ne parlent pas pour éliminer le bruit, c’est faire preuve de culot, à moins de pouvoir compter sur une prise de ce son ambiant qui serve de continuité.

Comment éliminer le bruit ?

Pour ce qui est de l’élimination du bruit, il y a principalement deux méthodes pour éliminer le bruit avec un software : les portes de bruit et les réductions fréquentielles. Les deux méthodes sont destructives, autrement dit, elles éliminent l’information du signal audio. La porte de bruit limite l’audio qui passe tant qu’il n’atteint pas un seuil minimum de volume, pour produire un va-et-vient de son et de bruit horrible. Je n’ai jamais vu cette méthode donner de bons résultats, je n’y vois qu’une mesure désespérée pour sauver un enregistrement. La réduction fréquentielle cherche les plages de fréquence où le bruit est notable et les réduit. Le problème ? Sur une bande de fréquence, on ne peut pas dissocier le bruit du bon signal, si bien qu’on élimine le bruit, tout en détériorant l’audio enregistré.

L’idéal serait de pouvoir compter sur un système pour monitoriser et de régler le gain en temps réel. Autrement dit, disposer d’un casque avec une écoute de ce qu’on enregistre et d’un potentiomètre (bouton physique) pour régler ledit gain, sans être obligé de passer par le menu de son appareil. Comme les appareils DSLR ne disposent pas de cela, la meilleure option reste à acquérir des accessoires qui servent d’intermédiaire entre le micro et l’appareil photo, avec diverses commandes pour régler le niveau d’enregistrement.

Accessoires pour réaliser des vidéos avec un DSLR : le son

Accessoires pour réaliser des vidéos : micros professionnels Boya

Un grand laissé-pour-compte de la vidéo en général. Le manque d’attention au son rend un grand nombre de courts-métrages et de petites productions complètement déséquilbrées entre la qualité vidéo et audio qu’ils affichent. Sans parler des fois où l’on ne comprend pas ce que disent les personnages.

L’enregistrement de son de votre appareil photo peut être considérablement amélioré, sans besoin de réaliser de gros investissements. Preuve en est, les micros Boya. Il existe de nombreux modèles mais on va ici vous en recommander deux : l’un, directionnel et l’autre, stéréo. Le directionnel, le micro Boya BY-MM1+, est le micro habituel pour des courts, des entrevues et pour toutes les vidéos où l’on a besoin du son d’éléments précis, comme peut l’être un interviewé, deux personnes qui conversent, etc. Vous en tirerez le meilleur parti en utilisant en même temps une perche qui vous permettra de viser les sources de son. Le stéreo, le micro Boya BY-M40D, est conçu pour des conditions plus générales : fêtes, concerts, « ambiances »… Il sert à capter ce qui se passe dans un endroit, sans se concentrer sur une source précise en particulier.

Boya BY-MM1+ Micro à Condensateur Supercardioïde
  • Le son net que vous avez toujours recherché pour vos vidéos
  • Un rapport qualité-prix incroyable
  • Compatible avec les appareils photo, mobiles, tablettes, etc.
  • Tout indiqué pour les reportages et les entrevues, super fonctionnel
  • Doté de connexions pour mobile et appareil photo
  • L'alimentation se fait à partir du dispositif auquel il est connecté
Sur les courts-métrages, les spots publicitaires, etc., il s’avère intéressant d’utiliser les deux : le stéréo comme micro d’ambiance qui donne la sensation d’espace en créant un champ stéréo. Tandis qu’avec le directionnel, on enregistre avec une définition totale les voix ou les sources ponctuelles pour les faire ressortir par la suite lors de la phase d’édition.
Boya BY-M4OD Micro-cravate Omnidirectionnel
  • Micro-cravate condensateur
  • Diaphragme polaire : omnidirectionnel
  • Idéal pour enregistrer le son lors d'entretiens
  • Pince et bonnette anti-vent inclus

Accessoires pour réaliser des vidéos : adaptateurs de son

Les adaptateurs de son servent d’intermédiaire entre le micro et l’appareil photo, ce dernier enregistrant le son. Comme intermédiaires, ils permettent de contrôler manuellement certains paramètres lors de l’enregistrement, comme le niveau d’entrée, quelque chose qu’on peut en principe seulement retoucher dans le menu de l’appareil, sans possibilité de le réajuster lors de l’enregistrement (quelque chose d’incompréhensible dans la pratique). Certains adaptateurs disposent même d’entrées XLR qui vous permettront d’utiliser des câbles standard qui réduisent en plus le bruit généré lors de la transmission du signal.

Accessoires pour réaliser des vidéos : enregistreurs audio

C’est l’accessoire le plus polyvalent et qui offre la plus grande qualité. Mais c’est aussi le plus cher puisqu’on ne parle pas d’un accessoire pour l’appareil photo mais bien d’une interface à part entière. Le micro d’un appareil DSLR est à un enregistreur audio ce que l’objectif de l’appareil photo d’un smartphone d’il y a quelques années est à l’objectif de votre DSLR : un bidouillage.

Comme ressource qui ne doit jamais manquer, c’est très bien mais si vous voulez produire des choses de qualité, l’enregistreur audio est un dispositif indépendant qu’a toujours sur lui le technicien du son pour contrôler en permanence la position du micro, le niveau d’enregistrement, le registre des prises audio… Bref, absolument tout. Ils disposent généralement d’une alimentation Phantom +48 V, nécessaire pour utiliser des micros à condensateur, ainsi que d’options de format audio, d’une sortie de casque, d’atténueurs (pour les environnements au volume trop élevé) et de plusieurs outils pour produire de bons enregistrements.

Tascam DR-100 MK-II, l’un des modèles d’entrée de gamme les plus sérieux 

On doit citer ici des marques comme Olympus, Tascam, Zoom, Foxtex ou Sony. En principe, je ne conseille pas d’article de ce type à un utilisateur amateur mais si vous êtes vraiment passionné de productions audiovisuelles, que vous disposez d’amis qui partagent cette passion avec vous ou bien simplement si vous envisagez sérieusement l’enregistrement audio, voici un outil infaillible et indispensable.

Zoom H4n, une option très polyvalente

Le meilleur accessoire : vous

Au cours des trois volets de cette série consacrée à la vidéo avec un DSLR, on a pu passer en revue un grand nombre d’accessoires pour réaliser des vidéos avec des appareils DSLR, en vue d’améliorer les fonctionnalités de ces derniers, pour une utilisation plus pratique et fiable de l’appareil photo, un plus grand contrôle de la lumière et de l’image, et enfin, pour un contrôle du son. Il y a de nombreux éléments essentiels et je ne fais pas référence au fait d’avoir tel ou tel article. Mais il s’agit plutôt d’être conscient des problèmes à resoudre ou bien à avoir à l’esprit pour réaliser des vidéos à l’aide de ces accsessoires ou de votre savoir faire. À vous de voir quelle option vous conviendra le mieux et vous fournira les résultats escomptés.

Micro main Godox WH-M1 sans fil UHF
  • Micro main : tout indiqué pour les reportages et les entrevues
  • Sans fil pour travailler sans câbles
  • Grande qualité de son : des résultats professionnels
  • Transmission UHF : jusqu'à 96 canaux
  • Doté d'un interrupteur mute : éliminez le bruit quand il n'est pas utilisé
  • À écran intégré : facile à lire
  • Longue durée : jusqu'à 8 heures d'utilisation
  • Compatible avec le système Godox WmicS1

Mais s’il y a bien un accessoire essentiel, dans tout cela, c’est l’équipe humaine. La vidéo ne doit pas se pratiquer seul, car nombreux sont les facteurs qui jouent sur le résultat d’une réalisation : le cadre, la mise au point mais aussi l’audio, l’éclairage, les mouvements de l’appareil photo. En terminant par la direction d’acteurs, si tant est qu’il y en a.

Le son est un sujet très vaste, je n’ai fait que détailler quelques éléments de base pour la compréhension d’aspects techniques pour essayer de comprendre l’enregistrement audio, sans rentrer dans le détail des applications. Laissez-nous vos questions ou vos commentaires ci-dessous !

Texte original (traduit de l’espagnol) : Daniel García García

Photo principale : © Aaton Digital

Laissez votre évaluation

1 point
Upvote Downvote

Total votes: 1

Upvotes: 1

Upvotes percentage: 100.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Quitter la version mobile