Irix 21 mm f/1.4 : premières impressions

Comme vous le savez, cela fait plusieurs années déjà que je fais confiance à Irix et à ses magnifiques objectifs. Et une fois encore, la marque me surprend avec le lancement sur le marché d’un objectif aux caractéristiques idéales, qui s’adaptent parfaitement aux besoins de tous les photographes : le nouvel Irix 21 mm f/1.4. Quand j’ai appris ce lancement et connaissant la qualité d’une marque comme Irix, je n’ai pas hésité une seule seconde à le joindre à mon équipement.

Le fait de pouvoir compter sur une ouverture de f/1.4 permet de s’amuser à réduire la profondeur de champ

On va analyser les caractéristiques de l’objectif et ses applications. Tout d’abord, on va découvrir ses caratéristiques, puis on verra pour quelles raisons elles sont idéales pour couvrir les besoins de nombreux passionnés de photographie. J’ajouterai quelques photos et premières impressions, depuis un mois que je l’utilise.

Cet objectif est tout indiqué pour les photos de rue avec une faible luminosité et pour photographier avec l’appareil à la main, sans utiliser de trépied

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly
  • Irix 21 mm f/1.4 : le grand angle pour l'excellence
  • Pour les montures Canon EF, Nikon F, Pentax K et les capteurs APS-C et Full Frame
  • Très lumineux : ouverture maximale de f/1.4
  • Super fonctionnel : astrophotographie, intérieurs, architecture, paysages...
  • Construction interne exceptionnelle : des optiques de grande qualité
  • Diaphragme à 11 lamelles arrondies pour de jolis bokehs
  • Bague de mise au point ergonomique : plus pratique
  • Utilisez le blocage de mise au point pour garder une zone bien nette
  • Une coque ultra résistante pour affronter n'importe quelle situation

Irix 21mm f/1.4 : caractéristiques

Focale

La première chose que j’observe sur un objectif, c’est sa focale. Les nombres m’ont toujours attiré. On a déjà indiqué bien souvent que si l’on voulait avoir des objectifs de grande qualité et sans se ruiner, on devait opter pour des objectifs à focale fixe. C’est la raison pour laquelle presque tous mes objectifs le sont, depuis longtemps déjà. Dans ce cas précis, la focale de 21 mm peut sembler bizarre mais elle ne l’est pas. Elle se situe pratiquement au centre de « l’univers grand angle ».

Avec cette focale, « on fait d’une pierre plusieurs coups » car il offre un angle de vision très large, sans distorsion géométrique de la perspective. Ajoutez à cela le grand travail qu’a fait Irix avec ce modèle optique. Mais on le verra par la suite. Comme je vous l’ai expliqué dans un article de ce blog, sur l’utilisation d’un grand angle, ils présentent plusieurs problèmes de composition. Consultez-le pour en savoir plus.

On compte sur un grand champ de vision mais en même temps, les objets n’apparaîtront pas très éloignés du premier plan

L’un des problèmes de composition, lorsqu’on utilise un grand angle, est que si on a un élément d’intérêt au premier plan, tout reste relativement éloigné et la photo perd alors en force. La focale de 21 mm résoud assez bien ce problème car même en offrant un grand champ de vision, elle n’éloigne pas autant les objets et la composition se fait plus facilement. En définitive, on a les avantages d’un très grand angle sans aucun de ses inconvénients.

C’est un grand angle parfait pour les paysages et l’architecture, sans grandes transformations géométriques propres à ces focales

Ouverture de diaphragme

La deuxième chose que j’observe sur un objectif, c’est son ouverture maximale. En l’occurrence, c’est ce qui m’a presque décidé à faire l’acquisition de cet objectif. Sans compter que connaissant la marque, je savais que la qualité serait largement au rendez-vous.

La netteté à ouverture maximale est magnifique, aussi bien au centre que dans les coins. Cette photo est recadrée, on peut y apprécier parfaitement tous les détails du tournesol

Lorsque j’ai vu que cet objectif allait sortir avec une ouverture de f/1.4, cela m’a réjoui. Les possibilités qu’offre un objectif avec cette ouverture de diaphragme, sont nombreuses. On l’a dit, on verra par la suite les besoins qu’il couvre.

La profondeur de champ est très réduite, ce qui permet de se concentrer sur les détails importants

Mais à ce stade-là, on connaît tous les avantages à avoir une grande ouverture. Comme je le dis toujours, on peut toujours fermer au-delà de ce dont on va avoir besoin. Mais un f/1.4, c’est beaucoup et cela est très bien, au cas où vous en doutiez.

Il me permet de faire des portraits avec tout le contexte inclus

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly
  • Irix 21 mm f/1.4 : le grand angle pour l'excellence
  • Pour les montures Canon EF, Nikon F, Pentax K et les capteurs APS-C et Full Frame
  • Très lumineux : ouverture maximale de f/1.4
  • Super fonctionnel : astrophotographie, intérieurs, architecture, paysages...
  • Construction interne exceptionnelle : des optiques de grande qualité
  • Diaphragme à 11 lamelles arrondies pour de jolis bokehs
  • Bague de mise au point ergonomique : plus pratique
  • Utilisez le blocage de mise au point pour garder une zone bien nette
  • Une coque ultra résistante pour affronter n'importe quelle situation

Construction

Une fois qu’on a vu la focale et le diaphragme, on va aborder les aspects de construction de l’objectif. Un mot-clé me vient à l’esprit : solidité. Lorsqu’on a l’objectif dans les mains, on remarque le poids et la construction, en grande partie métallique. Ce qui explique que de nombreuses personnes pensent que ces objectifs sont plus lourds mais ils se trompent. Ce qui fait que ces objectifs pèsent un peu, c’est leur volume et la fermeté des lentilles incluses à l’intérieur.

Le travail d’Irix sur ses objectifs incroyables. On a une défintion et une netteté incomparables. On peut prendre des photos avec des lumières de face et on ne perd pas en qualité. Même avec des appareils photo avec des dizaines de mégapixels. Sa focale est tout aussi intéressante pour les panoramiques

Irix 21 mm f/1.4 : lentilles internes

Ces objectifs sont fabriqués avec des lentilles de qualité optimale (asphériques, à ultra faible dispersion, etc.) qui donnent des performances optiques magnifiques, avec une netteté optimale et des distorsions minimales garanties. En revanche, le poids de l’objectif s’en ressent un peu. Mais attention, qu’on ne s’y trompe pas, ce ne sont « que » 800 grammes. Le corps est parfaitement blindé, ce qui va permettre de travailler dans toutes les situations, tous les environnements qu’on va trouver, qu’il pleuve ou qu’il y ait de la poussière.

Un objectif magnifiquement construit. Je l’utilise sur mon Sony A7R3 au moyen d’un adaptateur. Comme l’objectif est à mise au point manuelle, il a juste besoin d’un adaptateur avec le contrôle de diaphragme. Le contrôle de la mise au point n’est bien entendu pas nécessaire

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly Sony E
  • Couvrez toutes vos exigences avec l'Irix 21 mm f/1.4
  • Compatible avec Sony E et les capteurs APS-C et Full Frame : adaptation facile
  • Ouverture maximale de f/1.4 pour des photos plus lumineuses
  • Tout indiqué pour les intérieurs, l'astrophotographie et les paysages, entre autres : très fonctionnel
  • Des optiques internes de la meilleure qualité : la netteté
  • Des bokehs impressionnants avec son diaphragme à 11 lamelles arrondies
  • Une bague de mise au point très ergonomique pour plus de commodité
  • Doté d'un blocage de la mise au point : plus de précision
  • Super résistant grâce à son blindage spécial

Le cache sur cet objectif Irix 21 mm f/1.4

Ensuite, on se penche sur le cache de l’objectif. Sans l’ouvrir, on sait déjà ce qu’on va trouver en-dessous : une lentille convexe. Mais ce qui surprend, c’est le système developpé par Irix pour pouvoir compter sur un pare-soleil démontable, tout en protégeant l’objectif. Sur la photo ci-dessous, on le voit très bien : le pare-soleil est totalement démontable avec le tour de main typique suivi du clic propre à tous. Mais ce pare-soleil se fixe sur une espèce de mini pare-soleil d’un centimètre à peine qui dépasse du bord du corps de l’objectif et qui protège la partie la plus externe de ce dernier. Ce qui présente aussi un aspect négatif, on le verra par la suite.

La bague de mise au point est très précise et vous donne un contrôle total sur la zone de mise au point. Parfait si l’on tient compte de la profondeur de champ minimale qu’on va avoir sur des ouvertures maximales

Bague de mise au point

Toujours sur les éléments de fabrication, on a la grande bague de mise au point, avec des finitions sensationelles caractéristiques des modèles Dragonfly d’Irix et au parcours qui m’a semblé très bon, ni trop court ni trop long. Mais surtout, une bague au toucher délicat et agréable. Elle comporte des inscriptions de distances de mise au point, exprimées en pieds comme en mètres. Elles sont réfléchissantes à la lumière ultraviolette lorsqu’on prend des photos nocturnes.

J’ai regretté l’absence des inscriptions d’hyperfocale dont disposent aussi bien l’Irix 15 mm f/2.4 que l’Irix 11 mm f/4.0. Mais je comprends que pour un objectif avec une telle ouverture, les choses se compliquent. Au-dessus de la bague de mise au point, on trouve la bague d’Irix caractéristique qui permet de bloquer la mise au point, idéal dans de nombreuses situations. Puisqu’on évoque la mise au point, on voit que tout le mouvement des lentilles se produit à l’intérieur de l’objectif, ce qui garantit le blindage déjà évoqué.

Je ne l’ai pas encore utilisé dans des situations extrêmes mais j’ai bien testé des objectifs de la série Dragonfly d’Irix et fort de mon expérience, ma confiance est totale

Diaphragme sur l’Irix 21 mm f/1.4

À travers ses verres, on peut observer un diaphragme totalement circulaire et composé de pas moins de 11 lamelles, ce qui va garantir des flous très délicats et organiques. Les flous appelés bokehs et les sun stars à très nombreuses branches (22) donnent des résultats spectaculaires.

J’adore les sun stars produits par l’objectif. Ils sont bien définis et faciles à obtenir

Monture métallique

Enfin, j’aimerais bien évoquer sa monture métallique avec des « pins électriques » de connexion qui permettent une communication totale avec l’appareil photo, en plus de l’utilisation des modes semi-automatiques et la transmission des données EXIF. La monture est disponible pour Canon, Nikon et Pentax. Pour ma part, je l’utilise sur la monture de Canon ou bien sur mon ancien 6D ou encore sur mon Sony A7R3 au moyen  d’un adaptateur, il s’adapte parfaitement.

Comme vous le voyez, les données EXIF apparaissent parfaitement indiqués sur toutes les images de cet article. Vous pouvez aussi apprécier ici les lignes droites fournies par cet objectif

En fin de compte, c’est un objectif conçu dans les normes de qualité les plus exigeantes, fait pour durer et qui fournit une utilisation pratique et agréable en toutes circonstances.

Irix 21 mm f/1.4 : applications

Maintenant qu’on a vu comment était l’objectif, on va parler de son utilisation. Des raisons pour lesquelles je crois que cet objectif est idéal et qu’il doit faire partie de mon parc sélectif d’objectifs. Cela ne fait qu’un mois que je l’utilise, aussi les résultats ne sont pas définitifs mais jusqu’ici, je ne pense pas m’être trompé.

La polyvalence de cet objectif permet non seulement de pratiquer la photographie de paysage mais aussi la photographie de produit. En jouant sur la focale et l’ouverture de diaphragme, on peut produire des résultats vraiment intéressants

On peut même se frotter à la macrophotographie- grand angle à l’aide d’une simple bague-allonge de 10 mm

Photographie de paysage en général

C’est évident, c’est un grand angle qui, sans être extrême, donne un spectaculaire champ de vision à 90 degrés, sans distorsions d’aucune sorte.

Toutes les lignes droites, définies et nettes. Résistance au flare. Angle de vision à 90º. Il comblera les photographes de paysages et d’architecture

Avec une qualité optique incroyable, une netteté incomparable qui profite parfaitement de sa grande ouverture. Il comporte par ailleurs 11 lamelles de diaphragme pour donner des images avec un grand bokeh. Cela signifie-t-il que si je veux m’acheter un objectif pour les paysages, je dois m’acheter celui-ci ? On verra cela dans la conclusion.

J’adore le bokeh de cette optique

La photographie grand angle en intérieurs avec peu de lumière

Oui, bien souvent, on se voit obligé d’utiliser un objectif lumineux en intérieurs. On compte généralement sur un 50 mm, en principe l’objectif lumineux le plus accessible. Mais dans 50% des cas, la focale est trop importante sur un appareil à capteur Full Frame. Et elle l’est encore plus avec un capteur APS-C, sans compter les occasions où l’on doit prendre des photos dans des maisons modernes, où les pièces sont particulièrement réduites.

Quand je me consacrais à la photographie sociale et que je devais prendre une photo de groupe chez la famille des mariés, je devais sortir, littéralement, pour prendre la photo à travers une fenêtre. Avec cet Irix 21 mm, j’ai la garantie d’avoir la situation sous contrôle si je dois photographier un groupe d’individus à l’intérieur et avec peu de lumière, et sans besoin d’installer de flash ou autre. J’en ai aussi mais je ne les utilise que lorsque c’est strictement nécesaire. Et avec cet objectif, j’en aurai encore moins l’occasion.

Photographie de rue

Oui, j’aime la photographie de rue grand angle. Le fait de pouvoir compter sur un objectif lumineux m’aide surtout à la tombée de la nuit. Sans compter qu’on n’a pas besoin de coller l’appareil photo à son oeil pour cadrer car avec ce 21 mm, en plaçant l’appareil à hauteur de la poitrine, on peut parfaitement prendre la photo avec tout le cadre bien réalisé. Et avec les inscriptions de mesure de la mise au point très précises, il suffit de sélectionner la distance de mise au point, puis de photographier avec le diaphragme qu’il faut. En principe, cela peut sembler complexe mais au bout de deux essais, on voit que cela fonctionne vraiment bien.

Tout indiqué pour les photos de rue où l’on souhaite inclure toute l’action. Avec l’appareil porté autour du cou, il est très facile de faire des cadres presque parfaits, sans besoin de rapprocher l’appareil photo de l’oeil

Par ailleurs -et on pourrait écrire tout un article sur le sujet-, j’aime passer inaperçu quand je prends des photos de rue. Non pas parce que je ne veux pas que les gens me voient en train de les photographier mais plutôt parce que quand ils me voient en train de les photographier, ils arrêtent ce qu’ils font et c’est justement ce que je veux éviter. Il faut dire qu’avec un boîtier Full Frame et un objectif d’un volume moyen, on ne passe pas inaperçu. Et je ne parle pas de placer l’appareil photo à hauteur des yeux. Avec l’appareil photo porté au cou, pas besoin de le rapprocher de l’oeil.

Photos nocturnes

Et bien entendu, on arrive au point culminant : la photographie nocturne et du ciel étoilé. Compter sur une ouverture de f/1.4 va nous permettre de capter une grande quantité de lumière et de pouvoir réduire l’ISO de nos équipements, et ainsi de réduire le bruit. Cela, combiné au large angle de vision, nous aidera à capter un grand ciel plein d’étoiles. En même temps, on pourrait ajouter des éléments au premier plan pour compléter la composition, et doter ainsi nos clichés d’un grand impact visuel. D’autant que si l’on compte sur des optiques de grande qualité et netteté, cela va générer des images spectaculaires, sans aberrations d’aucune sorte, et au rendu et aux détails des couleurs incomparables.

Le fait de pouvoir déclencher à des ouvertures de f/1.4 aide à déclencher avec de faibles ISO et des durérs d’exposition très courtes. Même dans des lieux où la pluie lumineuse est assez importante, on obtient de très bons résultats

Bien souvent, on ne prend pas en compte ces aspects-là mais sur des photos nocturnes du ciel étoilé, qui sont des situations extrêmement exigeantes, aussi bien pour l’appareil que pour les optiques, il faut absolument disposer d’objectifs de la plus grande qualité. Pour ce faire, je compte sur les objectifs Irix car le résultat final varie beaucoup : netteté et clarté, absence d’aberrations, rendu des couleurs, transitions et dégradés de tons délicats, ainsi que bien d’autres facteurs qui ne seront pas présents avec des objectifs ordinaires. Mais je ne m’étends pas car prochainement, un article complet sera publié sur les photos nocturnes avec cet Irix 21 mm f/2.4.

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly
  • Irix 21 mm f/1.4 : le grand angle pour l'excellence
  • Pour les montures Canon EF, Nikon F, Pentax K et les capteurs APS-C et Full Frame
  • Très lumineux : ouverture maximale de f/1.4
  • Super fonctionnel : astrophotographie, intérieurs, architecture, paysages...
  • Construction interne exceptionnelle : des optiques de grande qualité
  • Diaphragme à 11 lamelles arrondies pour de jolis bokehs
  • Bague de mise au point ergonomique : plus pratique
  • Utilisez le blocage de mise au point pour garder une zone bien nette
  • Une coque ultra résistante pour affronter n'importe quelle situation

Irix 21 mm f/1.4 : conclusion

Je crois que j’ai très bien fait d’acheter cet objectif. À chaque fois que je l’utilise et que je vois les photos obtenues, j’en suis très content. Alors oui, je conseillerais cet objectif à tout le monde. Mais il y a un mais : il faut tenir compte du fait que cet objectif ne peut pas accueilir de filtres circulaires ordinaires (comme les ND ou polarisants) et pour l’heure, il n’y a pas d’adaptateurs pour filtres carrés (dégradés, etc.)

À l’heure actuelle, la seule possibilité d’utiliser un type de filtre ND est d’utiliser des filtres assemblés au capteur. J’espère qu’il y aura prochainement un type de support pour filtre pour cet objectif. Mais pour le moment, on peut juste recourir à ces moyens, comme sur cette photo où j’ai utilisé un filtre Clip ND1000

Irix Edge Porte-filtres IFH-100-PRO
  • NOUVEAUTÉ ! Porte-filtres Irix Edge IFH-100-PRO pour filtres carrés
  • Version mise à jour de l'Irix IFH-100 avec de grandes améliorations
  • Compatible avec les filtres de 100 mm de large de toutes marques
  • Un filtre polarisant circulaire inclus, qui peut être utilisé en même temps
  • Peut être utilisé avec deux filtres carrés de 2 mm ou d'1,1 mm en utilisant les rainures fournies
  • Prêt à l'emploi avec l'Irix 15 mm f/2.4, avec l'adaptateur inclus
  • Grande compatibilité avec d'autres objectifs, au moyen d'adaptateurs de 52 à 95 mm (vendus séparément)
Il faut prendre en compte cela. Si je suis un photographe qui utilise en permanence des filtres optiques, je préférerai sûrement l’Irix 15 mm f/2.4 qui peut accueillir des filtres circulaires et des porte-filtres pour filtres dégradés. De fait, le porte-filtres Irix Edge IFH-100-PRO est idéal avec son filtre polarisant inclus. C’est sûr, je perds presque deux stops d’ouverture et tout que cela suppose.

Vous pouvez aussi recourir à des astuces de retouche numérique, comme la typique somme moyenne d’expositions

Les deux objectifs (le 15 mm et le 21 mm) présentent une qualité optique similaire. Si vous ne possédez pas de grand angle, et même si vous en avez un, l’un ou l’autre de ces objectifs sera plus que recommandable. Tout spécialement l’Irix 21 mm f/1.4 pour tous ceux qui sont passionnés de photographie nocturne ou qui n’utilisent pas ou ne vont pas avoir besoin de filtres et qui préfèrent avoir un grand angle un peu plus fermé pour des compositions plus faciles, parce que tout n’est pas éloigné à l’image. Bref, un objectif magnifique, un investissement sûr.

Texte original (traduit de l’espagnol) et photos : Alberto Bouzón

Laissez votre évaluation

1 point
Upvote Downvote

Total votes: 1

Upvotes: 1

Upvotes percentage: 100.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Quitter la version mobile