La photographie nocturne avec Irix 21 mm f/1.4 Dragonfly

En été, les températures sont trop élevées pendant la journée, si bien qu’il est difficile de sortir pour photographier. C’est la raison pour laquelle il vaut mieux sortir au coucher du soleil et profiter de la photographie dans sa version nocturne. Pour ce faire, rien de tel que de pratiquer la photographie nocturne avec l’Irix 21 mm f/1.4, un objectif grand angle à la grande ouverture de diaphragme.

Etablir les limites entre la photographie de paysages nocturnes et la photographie du ciel étoilé peut s’avérer problématique. Mais quoiqu’il en soit, avec l’Irix 21 mm f/1.4, c’est un vrai plaisir de sortir la nuit pour prendre des photos

Introduction à la photographie nocturne avec Irix 21 mm f/1.4

La photographie nocturne n’est pas une seule discipline. On pourrait peut-être la considérer comme un type de photo à part puisque la nuit, on peut aussi bien photographier qu’en journée mais sans compter sur le soleil. On pourrait ainsi parler de paysages nocturnes, de portraits nocturnes, de street photography nocturne, etc. Cependant, si l’on tient compte des caractéristiques de cet objectif, on va se concentrer sur trois types de photo clés dans le champ de la photographie nocturne : la photographie de rue nocturne, la photographie de paysages après le coucher du soleil et la photographie du ciel étoilé, qui n’est rien d’autre que de la photographie de paysages nocturnes où les étoiles ont une importance particulière, que certains appellent aussi photographie astronomique au champ large.

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly
  • Irix 21 mm f/1.4 : le grand angle pour l'excellence
  • Pour les montures Canon EF, Nikon F, Pentax K et les capteurs APS-C et Full Frame
  • Très lumineux : ouverture maximale de f/1.4
  • Super fonctionnel : astrophotographie, intérieurs, architecture, paysages...
  • Construction interne exceptionnelle : des optiques de grande qualité
  • Diaphragme à 11 lamelles arrondies pour de jolis bokehs
  • Bague de mise au point ergonomique : plus pratique
  • Utilisez le blocage de mise au point pour garder une zone bien nette
  • Une coque ultra résistante pour affronter n'importe quelle situation

Dans un article précédent sur la prise de contact avec l’Irix 21 mm f/1.4, je vous ai déjà présenté toutes les caractéristiques de ce dernier. Je vous ai également donné des exemples d’utilisation, qui répondent à de nombreuses circonstances ou des besoins d’un photographe généraliste, qui ne se limite pas à un seul domaine d’activité. Mais en tenant compte des caractéristiques de cet objectif, son utilisation est tout indiquée pour la photographie nocturne en général et pour la photographie du ciel étoilé en particulier.

Le nombre d’étoiles qu’on parvient à capturer avec une telle ouverture est impressionnant. Même à f/1.8. D’autant qu’on n’a pas besoin d’élever excessivement l’ISO ni de prolonger les durées d’exposition

Dans cet article, on l’a dit, on va se concentrer sur trois différents types de photos nocturnes.

La photographie nocturne avec Irix 21 mm f/1.4 : street photography

On sait bien que depuis longtemps déjà, la photographie de rue est à la mode. On doit pouvoir distinguer ces type de photos de ce qu’on appellerait les paysages urbains ou peut-être la photographie d’architecture. En street photography, du moins pour moi, l’important, c’est l’élément humain et comment il intervient en ville, que ce soit à Manhattan ou dans mon quartier.

On peut déclencher à des grandes vitesses et des ISO faibles, puis figer complètement le mouvement. La focale si grande vous permet d’inclure les éléments nécessaires pour donner du contexte à l’image

Même si l’on n’a pas besoin de coller des étiquettes à tout, une spécialité, dans ce style, est la photographie de rue nocturne. Personnellement, j’adore ces photos parce que la ville, la nuit, revêt un aspect totalement différent. La nuit m’attire, la nuit nous attire tous, ses lumières, ses sons, ses individus, l’ambiance produite n’a rien à voir avec celle en journée. Dans ce champ d’application, l’Irix 21 mm f/1.4 s’avère d’une grande aide, grâce à sa focale et à sa grande ouverture.

Même avec un appareil APS-C, les 21 millimètres deviennent 30. Parfait pour la photo de rue. Et l’on peut inclure ses sujets dans l’ambiance. La grande ouverture va aider à déclencher à main levée avec des ISO faibles, même en jouant sur la mise au point sélective

Avantages à utiliser l’Irix 21 mm en street photography la nuit

Les 21 mm de focale vont nous aider à pouvoir montrer à l’image un grand nombre d’éléments, on peut parfaitement faire des portraits d’ambiance. Le petite distance de mise au point, alliée aussi à la grande ouverture, va permettre de jouer sur la mise au point sélective, en faisant ressortir le premier plan et lui donner la priorité. Le f/1.4 va permettre de compter sur beaucoup de lumière à l’image, si bien qu’on peut déclencher à des vitesses suffisamment élevées pour figer le mouvement des passants, sans devoir exiger des ISO très élevés. En même temps, on peut jouer sur la profondeur de champ et obtenir d’intéressants bokehs sur les photos. La capacité à générer de grandes étoiles va aussi nous aider à doter nos photos d’éléments de composition intéressants, dans la ville et ses éclairages.

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly
  • Irix 21 mm f/1.4 : le grand angle pour l'excellence
  • Pour les montures Canon EF, Nikon F, Pentax K et les capteurs APS-C et Full Frame
  • Très lumineux : ouverture maximale de f/1.4
  • Super fonctionnel : astrophotographie, intérieurs, architecture, paysages...
  • Construction interne exceptionnelle : des optiques de grande qualité
  • Diaphragme à 11 lamelles arrondies pour de jolis bokehs
  • Bague de mise au point ergonomique : plus pratique
  • Utilisez le blocage de mise au point pour garder une zone bien nette
  • Une coque ultra résistante pour affronter n'importe quelle situation

La photographie nocturne avec Irix 21 mm f/1.4 : paysages nocturnes

Prendre des photos de paysages nocturnes est un régal avec cet objectif. La combinaison d’un grand angle et d’une grande ouverture le rend idéal. Sans compter que comme l’objectif donne des images parfaitement nettes avec une ouverture maximale, celle-ci peut être utilisée sans problème.

La netteté est incroyable, même avec un ISO élevé et la lumière de la lune qui vient d’en face : aucun reflet bizarre ni flare gênant n’apparaît

J’ai été surpris par la quantité de lumière qu’on peut parvenir à capturer, sans besoin d’élever l’ISO, donc pour un bruit réduit. Ce qui aide à gagner en qualité sur les photos de paysages car baisser l’ISO génère non seulement moins de bruit mais on gagne également en plage dynamique dans le capteur, au profit de meilleurs résultats, lors de l’édition, et d’une plus grande gamme de tons et de couleurs.

On peut suffisamment ouvrir, baisser l’ISO, déclencher à main levée et réussir de magnifiques prises avec toute la plage dynamique pour profiter de toutes les couleurs du ciel, une fois le soleil couché

Comment travailler avec une ouverture maximale avec Irix 21 mm f/1.4 ?

Si l’on va travailler avec une ouverture maximale, on doit prendre en compte la faible profondeur de champ qu’on va avoir, si bien qu’on fera la mise au point sur l’élément principal. Et si c’est plutôt loin, c’est encore mieux car ainsi, on disposera d’une zone de mise au point plus large et une plus grande partie de la photo sera alors nette. À l’inverse, on peut s’amuser à faire la mise au point sur des zones précises, pour un joli bohek d’arrière-plan obtenu.

La netteté de cet objectif à f/1.4 et la distance focale aident à avoir toute la scène bien nette, à condition toutefois de ne pas faire la mise au point sur un premier plan. Mais comme vous pouvez l’observer, les étoiles sont nettes

Grâce à la grande luminosité et à la focale si large, on pourra prendre des photos de paysages nocturnes à main levée, si c’est nécessaire. Même avec un ISO faible, on peut réussir de magnifiques prises à des vitesses de déclenchement qui évitent les tremblements.

Même à des vitesses dangereuses, on peut bien ouvrir le diaphragme et prendre les photos à main levée, sans recourir à l’ISO

À l’aide d’un trépied et d’une ouverture proche de l’ouverture optimale, située entre le f/5.6 et des vitesses d’exposition « normales », pour les paysages nocturnes, on obtient de merveilleux résultats, grâce à la netteté spectaculaire de cet objectif, d’un bord à l’autre de l’image.

Pour des photos à l’aide d’un trépied et en ayant recours à de longues poses, on peut aller à f/8 , par exemple, et se servir de l’ouverture optimale et de la profondeur de champ pour réussir de magnifiques photos de paysages nocturnes

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly
  • Irix 21 mm f/1.4 : le grand angle pour l'excellence
  • Pour les montures Canon EF, Nikon F, Pentax K et les capteurs APS-C et Full Frame
  • Très lumineux : ouverture maximale de f/1.4
  • Super fonctionnel : astrophotographie, intérieurs, architecture, paysages...
  • Construction interne exceptionnelle : des optiques de grande qualité
  • Diaphragme à 11 lamelles arrondies pour de jolis bokehs
  • Bague de mise au point ergonomique : plus pratique
  • Utilisez le blocage de mise au point pour garder une zone bien nette
  • Une coque ultra résistante pour affronter n'importe quelle situation

La photographie nocturne avec Irix 21 mm f/1.4 : le ciel étoilé

S’il y a bien une discipline pour laquelle j’ai décidé de mettre cet objectif dans mon sac à dos, c’est pour la photographie nocturne du ciel étoilé et de la voie lactée ou pour les clichés au champ de vision large.

J’insiste sur le fait que les limites entre les types de photos qu’on a définies sont très minces. Je dis toujours que ce qui compte, c’est le résultat. Précisément ici, j’ai utilisé un filtre spécial pour obtenir ce joli scintillement sur les étoiles les plus lumineuses

Traditionnellement, on a toujours dit que techniquement, ces photos demandent une certaine expertise et expérience comme photographe. On doit bien connaître son équipement, l’ISO le plus élevé autorisé par son appareil photo sans générer de bruit démesuré, l’ouverture maximale de l’objectif qui peut être utilisé avec la netteté garantie. On doit aussi calculer la durée d’exposition en fonction de la focale pour que les étoiles se voient ponctuellement, etc. Il est nécessaire de connaître le système de mise au point dans le noir complet, en privilégiant la mise au point manuelle, etc. En plus de tout cela, il faut des connnaissances assez complètes sur les processus de capture, l’édition, les superpositions d’images, etc.

Les photos de la voie lactée se simplifient dans une grande mesure et les photos requièrent très peu d’édition

Cependant, avec l’Irix 21 mm f/1.4, tout se simplifie énormément en garantissant des résultats extraordinaires à l’utilisateur. Il suffit d’avoir quelques considérations à l’esprit :

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly
  • Irix 21 mm f/1.4 : le grand angle pour l'excellence
  • Pour les montures Canon EF, Nikon F, Pentax K et les capteurs APS-C et Full Frame
  • Très lumineux : ouverture maximale de f/1.4
  • Super fonctionnel : astrophotographie, intérieurs, architecture, paysages...
  • Construction interne exceptionnelle : des optiques de grande qualité
  • Diaphragme à 11 lamelles arrondies pour de jolis bokehs
  • Bague de mise au point ergonomique : plus pratique
  • Utilisez le blocage de mise au point pour garder une zone bien nette
  • Une coque ultra résistante pour affronter n'importe quelle situation

Considérations pour pratiquer la photographie nocturne avec Irix 21 mm f/1.4

Considération 1

L’objectif est parfaitement net à maximale ouverture, si bien qu’on sait déjà quelle ouverture utiliser. La quantité de lumière qu’il reçoit est énorme, aussi il est évident qu’on n’a par ailleurs pas besoin d’élever les ISO à des valeurs exagérées. Grâce à cela, aucun bruit n’est généré et il n’y aura pas besoin de superposer d’images ni rien de semblable. De plus, comme il s’agit d’un 21 mm, la durée d’exposition maximale pour obtenir les étoiles en pointillés est assez importante, on peut de fait appliquer la règle du 500/21=24 s. On est ainsi assuré de ne pas avoir de traits d’étoiles. Mais si l’on tient compte de la quantité de lumière, cela dépendra de la pollution lumineuse de la zone. On pourra alors la réduire à des valeurs comprises entre 1 et 15 secondes. Ces temps de pose si courts vont également nous donner des expositions avec moins de bruit.

Sur cette photo circumpolaire, on peut régler l’exposition en déclenchant avec une ouverture maximale. On peut régler la durée d’exposition et surtout l’ISO, avec lequel on gagne en plage dynamique pour donner de la couleur aux étoiles, en évitant ces circumpolaires toutes blancheâtres

Considération 2

On doit bien avoir en tête que faire la mise au point la nuit, ce n’est pas simple. On doit bien savoir que l’autofocus est à écarter. Il est dommage de dépenser beaucoup d’argent dans un objectif avec des moteurs de mise au point ultra rapides et silencieux, si après, il vaut mieux faire une mise au point manuelle pour les photos nocturnes. Les autofocus, même les plus avancés, ne valent pas ici. Si c’est clair pour vous, le processus de mise au point que je vous décris est le plus simple et fiable, d’autant plus si l’on tient compte de la luminosité de son objectif.

Comment faire une bonne mise au point sur une étoile avec l’Irix 21 mm f/1.4 ?

On recherchera une étoile lumineuse dans le firmament. À travers le viseur ou l’écran, en fonction de votre appareil photo ou de la manière dont vous serez le plus à l’aise, cadrez cette étoile totalement centrée à l’aide de la bague de mise au point au minimum vers l’infini (soit à fond mais sans forcer, attention). Et petit à petit, vous tournerez la bague vers l’arrière jusqu’à ce que l’étoile se voie la plus petite possible. Attention : une fois que vous aurez atteint le minimum, l’étoile réapparaîtra peu à peu plus grande, aussi vous devrez tourner à nouveau la bague vers l’autre côté, tournez-la lentement. Grâce à la grande rotation de la bague et à la luminosité de l’objectif, le processus est relativement simple. Tout dépendra aussi de votre acuité visuelle mais cela ne devrait pas être compliqué, en principe.

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly
  • Irix 21 mm f/1.4 : le grand angle pour l'excellence
  • Pour les montures Canon EF, Nikon F, Pentax K et les capteurs APS-C et Full Frame
  • Très lumineux : ouverture maximale de f/1.4
  • Super fonctionnel : astrophotographie, intérieurs, architecture, paysages...
  • Construction interne exceptionnelle : des optiques de grande qualité
  • Diaphragme à 11 lamelles arrondies pour de jolis bokehs
  • Bague de mise au point ergonomique : plus pratique
  • Utilisez le blocage de mise au point pour garder une zone bien nette
  • Une coque ultra résistante pour affronter n'importe quelle situation

Une fois la mise au point faite sur les étoiles, tournez la bague de blocage de mise au point (un autre point fort d’Irix dans le design de cet ojectif) pour éviter de déplacer accidentellement la mise au point, sous peine d’avoir des étoiles floues. Vous devez tenir compte du fait, qu’en faisant la mise au point sur les étoiles, les élements situés à une distance moyenne présenteront une mise au point assez intéressante. Mais si vous avez des éléments essentiels au premier plan, ils ne seront pas nets. Vous devrez repenser la mise au point et la photo proprement dite, utiliser l’hyperfocale, le focus stacking, etc.

On doit faire attention à la mise au point en photographie nocturne. Ici, on court le risque d’avoir des ruines nettes et des étoiles floues. Mais cela se remarque à peine, non ? Il faut dire qu’avec la netteté de l’Irix 21 mm f/1.4, on voit très bien les étoiles, même avec peu de mise au point.

Considération 3

La photographie du ciel étoilé, comme toutes les disciplines, requiert une bonne édition et aussi facile soit-elle avec l’Irix 21 mm f/1.4, on doit terminer la photo dans son laboratoire numérique. On l’a vu, il est vrai que le développement est bien plus simple et l’on peut se passer surtout des empilements pour réduire le bruit. Mais même ainsi, il faut connaître les techniques essentielles. Pour ce faire, on consacrera un prochain article à expliquer le processus de base et le développement de photos nocturnes du ciel étoilé et de la voie lactée.

Le développement des photos nocturnes est essentiel. L’Irix 21 mm f/1.4 permet d’avoir un RAW de départ de plus grande qualité, avec une plus large plage dynamique, ce qui va vous permettre de l’exploiter au maximum en tirant tout son parti. Si le RAW n’est pas bon, aussi expert soyez-vous en édition, vous ne pourrez pas y faire grand-chose

N’hésitez pas à laisser vos commentaires sous cet article ou sur nos réseaux sociaux !

Irix 21mm f/1.4 Dragonfly
  • Irix 21 mm f/1.4 : le grand angle pour l'excellence
  • Pour les montures Canon EF, Nikon F, Pentax K et les capteurs APS-C et Full Frame
  • Très lumineux : ouverture maximale de f/1.4
  • Super fonctionnel : astrophotographie, intérieurs, architecture, paysages...
  • Construction interne exceptionnelle : des optiques de grande qualité
  • Diaphragme à 11 lamelles arrondies pour de jolis bokehs
  • Bague de mise au point ergonomique : plus pratique
  • Utilisez le blocage de mise au point pour garder une zone bien nette
  • Une coque ultra résistante pour affronter n'importe quelle situation

Article original (traduit de l’espagnol) et photos : Alberto Bouzón

Laissez votre évaluation

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Quitter la version mobile