Apprendre la photo : la bonne exposition

Apprendre la photo : la bonne exposition

Une fois que vous avez réussi à maîtriser la mise au point de votre appareil, l’étape suivante pour avoir le contrôle sur vos images est de contrôler l’exposition manuellement. Pour cela, mettez le cadran principal en mode manuel et lancez-vous !

Qu’est-ce-que l’exposition ?

La lumière passe à travers l’objectif de votre appareil et entre au contact de l’obturateur. Quand le déclencheur s’active, les deux rideaux que forme l’obturateur s’ouvrent et laissent passer la lumière jusqu’à un capteur photosensible. Ainsi, l’exposition est la quantité de lumière reçue par le capteur. Si la quantité de lumière reçue est adéquate, alors vous aurez pris une photo correctement exposée ; si, à l’inverse, la quantité de lumière captée est excessive, vous obtiendrez une photo surexposée, et sous-exposée si elle est insuffisante.

Apprendre la photo : la bonne exposition

Si la quantité de lumière reçue est adéquate, alors vous obtiendrez une image correctement exposée.

Apprendre la photo : la bonne exposition

Si la quantité de lumière que vous recevez est insuffisante, votre photo sera sous-exposée

Apprendre la photo : la bonne exposition

Si la quantité de lumière captée est excessive, la photographie sera surexposée

Aidez vous d’un photomètre pour obtenir l’exposition parfaite, quels que soient votre zone de travail et son éclairage :

Paramètres de l’exposition

Vous pouvez influencer l’exposition de votre appareil photo en modifiant les paramètres : le diaphragme, la vitesse d’obturation et la valeur ISO.

Diaphragme

C’est un rideau circulaire situé à l’intérieur de l’objectif. Plus son ouverture est grande, plus la quantité de lumière entrante sera élevée. Le diaphragme est représenté dans votre appareil photo par le nombre F et plus il est ouvert, plus sa valeur sera inférieure. Les valeurs minimales et maximales du nombre F sont déterminées par votre objectif, c’est pour cette raison que les objectifs avec une grande ouverture maximale du diaphragme sont connus comme des optiques lumineuses et jouissent d’une très bonne réputation chez les photographes.

Vitesse d’obturation

Elle fait référence au temps que reste ouvert l’obturateur. Si ce laps de temps est très long, par exemple de plusieurs secondes, le capteur recevra plus de lumière que s’il avait pris une valeur d’un centième de seconde, par exemple. Quand vous déclenchez, appareil photo à la main, essayez d’utiliser seulement la ‘‘loi d’inversion du point focal’’ et non les valeurs inférieures à une partie du point focal. Par exemple, si vous employez un 200 mm, prenez une vitesse minimale de 1/200, si vous le faites avec un 50 mm, préférez une vitesse minimale de 1/50.

Valeur ISO

C’est un terme hérité des plus anciennes bobines de pellicule. Quand la valeur ISO prend une valeur trop élevée, la sensibilité avec laquelle le capteur prend la lumière est à son tour plus grande. Il est conseillé d’utiliser une valeur ISO plus faible dans toutes le situations car avec des valeurs trop élevées, on observe la présence de ‘‘bruit’’ qui fait apparaître un grain numérique peu esthétique et implique la perte de définition et de netteté des images.

Mesurer la lumière

Bien heureusement, les appareils numériques disposent d’un exposimètre intégré qui vous permet de connaître la quantité exacte de lumière requise pour chaque séance. Pour cela, vous avez juste à placer l’indicateur de l’exposimètre sur zéro en vous servant des trois paramètres que vous connaissez déjà maintenant : le diaphragme, la vitesse d’obturation et l’ISO. Quand vous ouvrez le diaphragme, mettez une vitesse plus faible ou un ISO plus élevé pour que l’exposimètre se déplace vers le signe positif (plus de lumière) et vice versa. Réglez-le en utilisant ces paramètres jusqu’à obtenir une combinaison équilibrée oú l’exposimètre sera à zéro.

Types de mesure

Puedes influir sobre como medirá tu cámara la luz seleccionando cualquiera de estos modos:

Vous pouvez influencer la manière dont votre appareil mesurera la lumière en sélectionnant l’un des modes suivants :

Matrice ou mesure évaluative

Divisez la scène en plusieurs segments pour obtenir une moyenne globale, en calculant la moyenne entre toutes les zones présentes dans le cadre. C’est un mode fortement conseillé pour les paysages et les scènes sans contrastes lumineux prononcés.

Mesure ponctuelle

L’exposimètre prend uniquement la valeur de mesure correcte de la zone centrale du cadre. C’est le mode de mesure le plus créatif et le plus précis, en revanche il requiert beaucoup de pratique. Je le trouve particulièrement utile dans des situations de fort contraste oú vous voudrez faire en priorité la bonne exposition sur une des parties de la scène. C’est le mode de mesure adéquat pour prendre des photos en contrejour.

Apprendre la photo : la bonne exposition

Le mode de mesure ponctuelle le plus créatif et le plus précis, idéal pour prendre des images en contre jour

Mesure pondérée au centre

Estimez le calcul moyen d’une série de zones autour du point central, et privilégiez d’abord l’exposition correcte des éléments qui se trouvent au plus près du centre, en laissant de côté les coins.

Continuez d’apprendre la photo avec nos autres articles, oú l’on vous explique les concepts de base à l’aide d’exemples simples et clairs, alors mettez-les en pratique !

Photos : © Daniel Santos Megina

Laissez votre évaluation

4 points
Upvote Downvote

Total votes: 4

Upvotes: 4

Upvotes percentage: 100.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.