Apprendre la photo : la sensibilité ISO

Apprendre la photo : la sensibiité ISO

La sensibilité ISO est un pilier fondamental pour obtenir l’exposition correcte. Au début d’une carrière photo, on évite de modifier ce paramètre, laissant faire l’appareil photo à notre place. Une fois qu’on connaît l’utilité de la sensibilité ISO dans n’importe quelle discipline photo et la facilité de la mettre en pratique lors des séances photo, on passe à un niveau supérieur et on obtient de magnifiques photos.

Apprendre la photo : sensibilité ISO

Dans les articles précédents, nous avons développé des concepts fondamentaux en photographie comme l’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation et même la profondeur de champ d’une image. Des valeurs qui aident à obtenir une bonne exposition, figer le mouvement d’une scène et même lui offrir une netteté parfaite. Aujourd’hui, nous allons développer un paramètre qui fait peur aux débutants : la sensibilité ISO.

 

Qu'est-ce que la sensibilité ISO ?

Au début, il est difficile de comprendre pourquoi modifier ce paramètre peut aider à obtenir de plus belles photos ou comment l’utiliser selon la situation. Il faut remonter quelques années en arrière pour comprendre pourquoi ce concept est si important en photo.

Qu’est-ce que la sensibilité ISO ?

La sensibilité ISO doit son nom aux pellicules des appareils photo argentiques. Ces appareils photo ont été conçus avec des halogénures d’argent composés de millions de cristaux transparents rassemblés et très sensibles à la lumière. La taille de chaque halogénure détermine la sensibilité et donc le grain qui apparaît sur les photos quand elles sont révélées. Aujourd’hui, cela correspondrait plus ou moins à la taille des pixels sur un appareil photo numérique. ASA (American Standard Asociation) était la pellicule standard de sensibilité photo, créée pour obtenir une sensibilité plus grande ou plus petite lorsque la lumière arrive sur la pellicule photo. 

 

Comment mettre à profit la sensibilité ISO

Pour les appareils photo numériques, nous devons parler des cellules qui composent notre capteur, les photodiodes, qui sont ni plus ni moins les acteurs qui recueillent l’information d’un pixel.

Lorsqu’on fait référence au concept de la sensibilité ISO, on ne se référe pas à la quantité de lumière qui entre sur chaque cellule du capteur, mais bien au courant électrique qui se génère quand entre la lumière. Ce courant électrique est stocké dans le microprocesseur de notre appareil photo en code binaire, correspondant au pixel. Bien que les processus qui se produisent sur les appareils photo argentiques et numériques soient différents, le même nom est utilisé : la sensibilité ISO.

cómo controlar la sensibilidad ISO

A quoi sert la sensibilité ISO ?

Comme on le sait déjà, l’ouverture du diaphragme permet de contrôler la profondeur de champ d’une photo. Si on utilise des ouvertures de diaphragme maximales comme f/1.4, la profondeur de champ sera très faible, permettant de centrer l’intérêt de l’image sur un point concret. A l’inverse, si on utilise des ouvertures de diaphragme minimales comme f/11, toute la scène sera nette.

En ce qui concerne la vitesse d’obturation, elle permet de figer l’image ou de montrer le mouvement, comme l’effet soyeux de l’eau qu’on peut obtenir avec des vitesses d’obturation de 1/2 secondes. Mais lorsqu’on fait référence à la sensibilité ISO, le concept n’a pas autant de force.

La sensibilité ISO permet d’obtenir une exposition optimale, comme par exemple lorsque les conditions lumineuses ne sont pas favorables et qu’il est impossible de l’améliorer avec l’ouverture du diaphragme ou la vitesse d’obturation. Elle deviendra également un allié lorsqu’on ferme le diaphragme pour gagner en profondeur de champ ou lorsqu’on souhaite figer l’image, sans pouvoir ouvrir plus le diaphragme. Elle est également l’outil définitif pour travailler en photo nocturne ou la photo d’étoiles, permettant de photographier le moindre détail du ciel.

 

Saber usar la sensibilidad ISO

Si vous souhaitez photographier le ciel nocturne, lisez cet article.

Chaque cellule constituant le capteur de l’appareil photo correspond à la valeur ISO la plus basse que le processeur et le capteur de l’appareil photo sont capables de traiter, cette valeur est fixe. Et maintenant, vous vous demandez comment il est possible de modifier la sensibilité ISO si en théorie la valeur de chaque cellule est fixe. En réalité, le processus qui se réalise à l’intérieur de nos appareils photo est l’amplification du courant électrique généré lorsqu’entre la lumière, et donc la quantité de lumière augmentera quand elle réussira à frapper le capteur à travers l’objectif, et remplir les cellules qui étaient au départ vides. Ce dernier point est ce qu’on appelle le bruit.

 

Si vous souhaitez photographier les aurores boréales, ne manquez pas cet article

La sensibilité ISO permet d’améliorer l’exposition de nos photos, même en travaillant de nuit ou en intérieurs avec peu de luminosité. Rappelez-vous : plus l’ISO est grand, plus il y a de bruit sur l’image. Il vaut donc mieux rentrer chez soi avec une image correctement exposée et peu de bruit qu’avec une image sous-exposée ou surexposée, impossible à retoucher avec les programmes d’édition.

La sensibilité ISO et le bruit

Il est recommandé d’utiliser des sensibilités faibles entre 100 et 200, selon le modèle de l’appareil photo. Comme  évoqué auparavant, plus grand sera l’ISO, plus il y aura de bruit sur la photo. Vous ne devez pas pour autant utiliser toujours des sensibilités ISO très basses.

 

Rien ne sert de forcer l’appareil photo à travailler avec des sensibilités ISO basses lorsqu’il y a peu de lumière :  l’image sera sous-exposée ou surexposée, seulement car vous souhaitiez éviter le bruit sur l’image. Bruit qu’il est facile de corriger après grâce à des programmes d’édition, et plus facile encore si vous travaillez en format RAW.

 

Le bruit est le grain qui apparaît sur la photo, surtout sur les zones les plus sombres. C’est ainsi le fruit du processus évoqué précédemment : remplir d’informations ces cellules qui au départ étaient vides. Au fur et à mesure qu’on gagne en luminosité en augmentant l’ISO, le bruit se génère de plus en plus. A vous de juger si ce bruit abîme votre photo ou si au contraire, elle se convertit en oeuvre d’art. Ce type de bruit est appelé électrique.

Le bruit peut aussi apparaître si la température du capteur est élevée. Lorsqu’on travaille avec des expositions plus longues ou des clichés en rafales, le capteur chauffe, ce qui provoque le bruit thermique.

Si vous travaillez de nuit à l’extérieur avec un mauvais éclairage et sans trépied, et avec le diaphragme ouvert au maximum, il est fort probable que l’image soit sous-exposée. Ici, posez-vous la question si cela vaut la peine d’augmenter la sensibilité ISO. Si la photo est sous-exposée, il sera difficile de récupérer l’information que l’appareil photo n’a pas, même avec des programmes d’édition. Le programme remplira automatiquement les creux où il n’y pas d’informations, ce qui provoquera du bruit.

Comment bien utiliser la sensibilité ISO

Comme on l’a dit tout au long de cet article, la sensibilité ISO est un des pilliers permettant d’obtenir une exposition correcte sur nos photos, c’est pourquoi il est important de prendre toujours en compte ce paramètre. Il est tout à fait compréhensible de nos jours d’utiliser la sensibilité ISO automatique, mais il est grand temps de changer et de tester ce paramètre. Faites des essais avec différentes lumières du jour, des jeux avec les lumières et les ombres, et surtout perdre cette peur de vous tromper.

Souvenez-vous lorsque vous travaillez sur des scènes avec peu de luminosité où vous utilisez des vitesses d’obturation très longues, votre image peut apparaître floue et encore plus si vous travaillez sans trépied ou sans télécommande à distance (le seul fait d’appuyer sur le déclencheur peut gâcher votre photo). Si la lumière de votre scène est très faible, même en utilisant l’ouverture la plus grande, il vous faudra à ce moment-là prendre en compte les valeurs ISO les plus grandes. Essayez différentes valeurs et regardez les résultats sur l’écran LCD de votre appareil photo en zoomant sur l’image : vous saurez alors quand vous obtiendrez le bon résultat.

 

 

 

Cette télécommande sans fil est parfaite pour la photographie nocturne, les lightpaiting ou les timelapses. Elle vous permet de programmer jusqu’à 999 séries de 9 photos chacune. Compatible avec la plupart des appareils photo du marché, elle peut fonctionner 100 heures en continu.

Le déclencheur Miops va encore plus loin, car il permet de contrôler votre appareil photo et votre flash cobra depuis votre téléphone portable. En plus, il possède 7 modes avancés de déclenchement comme par exemple le déclenchement par la lumière ou par le son. Idéal si vous faites des photos d’éclairs, entre autres une myriade de possibilités.

 

Il se passe des choses semblables lorsque vous faites des photos nocturnes. Photographier les étoiles n’est pas une discipline facile, mais pas impossible, notamment en contrôlant les paramètres, comme la sensibilité ISO. Lorsque nous photographions les étoiles ou la voie Lactée, il est important d’augmenter les ISO surtout lorsque vous utilisez des temps d’exposition plus longs. Vous éviterez ainsi que les étoiles soient en mouvement ou en circumpolaires sur nos clichés. Si vous souhaitez apprendre à photographier les étoiles, ne manquez pas ce post.

Irix 15mm f/2.4, el nuevo gran angular de origen suizo

Une autre discipline pour laquelle il vous sera très utile d’augmenter la sensibilité ISO : la photo sportive. Vous êtes en train de photographier une route et vous souhaitez figer le mouvement mais ceux-ci sont trop rapides. Vous devez alors utiliser une vitesse d’obturation rapide. Afin que vos images ne soient pas sous-exposées, vous devrez utiliser également une grande ouverture du diaphragme. A ce moment-là, vous vous rendrez compte que la lumière ne rentre pas suffisamment dans votre objectif et vous devrez jouer avec la sensibilité ISO, qui aura alors un rôle principal. Si vous souhaitez réaliser des photos sportives, découvrez notre article.

 

Lorsque vous travaillez avec un flash cobra, il est intéressant d’utiliser des sensibilités ISO plus élevées, affectant directement la lumière du flash. Plus grande sera la sensibilité, plus grande sera la portée de notre flash, sans même utiliser sa puissance maximale. Ainsi, pour économiser la batterie ou les piles et avoir une plus grande longévité, vous pourrez travailler avec des temps d’expositions plus longs, sans avoir à vous arrêter pour recharger votre matériel. Vous aurez alors plus de possibilités d’avoir une zone de travail correctement éclairée.

Flash cobra gloxy gx-f1000

Relation entre la sensibilité ISO et le capteur de votre appareil photo

Il y a une rumeur qui court sur les appareils photo APS-C : ils provoqueraient plus de bruit numérique que les appareils photo au format complet, mais rien n’est sûr. A la manière qu’on réduit l’image selon le capteur dse l’appareil photo, nous devons également prendre en compte cette conversion lorsque nous parlons de la sensibilité ISO.

Prenons un exemple : nous avons un objectif Nikon, avec un capteur Full-Frame, d’une distance focale de 500 mm. Si on applique le facteur de réduction pour l appareil photo APS-C, l’objectif aura une distance focale de 750 mm (500 mm x 1.5 = 750 mm). La même chose se produit lorsqu’on parle des ISO.

Si on utilise des sensibilités équivalentes avec des capteurs Full Frame et  APS-C ainsi que les mêmes conditions lumineuses, la taille du capteur de notre appareil photo n’aura pas d’importance puisque le bruit apparaissant sur l’image sera le même. Bien qu’il semblerait que les capteurs de plus petites tailles soient moins exposés à l’apparition du bruit, mais rien n’est sûr. Il faudra quand même appliquer l’équivalence avec un capteur au format complet.

Vous devez également prendre en compte les différences entre les appareils photo. En essayant et en se trompant, vous trouverez à partir de quelle sensibilité apparait le bruit sur l’image. Sur certains appareils photo, il est possible d’augmenter suffisament la valeur ISO et de contrôler le niveau du bruit, non seulement grâce au capteur mais aussi selon le processus réalisé par l’appareil photo. 

En conclusion, on remarque l’importance de la sensibilité ISO dans toutes les disciplines photo, mais encore plus dans celles commentées précédemment. Travailler en format RAW vous aidera à obtenir des résultats optimaux et à éliminer le bruit pouvant apparaître. Oubliez les ISO automatiques, vous aurez beaucoup plus de faciliter à obtenir l’exposition parfaite en contrôlant les ISO manuellement.

Laissez votre évaluation

12 points
Upvote Downvote

Total votes: 14

Upvotes: 13

Upvotes percentage: 92.857143%

Downvotes: 1

Downvotes percentage: 7.142857%

Écrit par Rozenn Le Roux

Originaire de Bretagne, j'écris des guides touristiques à mes heures perdues. Mon appareil photo autour du cou, j'immortalise les scènes de la vie quotidienne et paysages du pays où je me trouve. Une passion que j'apprécie transmettre aux autres par des articles ou images.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.