Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

comment utiliser le marquage sur les objectifs IRIX ?

Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

Vous avez encore des doutes sur les deux concepts-clés que sont la distance hyperfocale et la profondeur de champ ? Vous avez des objectifs, comme les Irix, qui disposent de marquage de ces mesures et vous ne savez pas comment les utiliser ? Dans cet article, nous vous expliquons clairement et simplement ce qu’est l’hyperfocale et la profondeur de champ, quel que soit votre niveau en photographie.

Une des questions qu’on a souvent l’habitude de me poser lors des différents ateliers et séminaires que je donne sur la photographie est sur le thème de l’hyperfocale. Ce phénomène optique est très utile pour les photographes, surtout pour les paysages mais beaucoup ont des difficultés à le comprendre et surtout à l’utiliser.

Moins de théorie et plus d’exemples 

On ne va pas ici donner un cours théorique de physique optique, mais on va seulement expliquer ce qu’est l’hyperfocale et la profondeur de champ. On va apprendre une fois pour toutes à l’utiliser.

Hyperfocale Irix
Une bonne mise au point est primordiale car c’est l’un des premiers éléments de l’image que notre cerveau analyse

Bien que tout ce que l’on va expliquer est valable pour n’importe quel appareil photo et objectif, nous allons prendre en exemple Irix qui a intégré une particularité assez intéressante sur ses objectifs. Autrefois communes à tous les modèles, les marques d’hyperfocale et de profondeur de champ ont disparu des objectifs modernes. Tout un succès pour Irix qui les a réintégrées à ses objectifs et qui marque la différence par rapport à ses concurrents.

Hyperfocale Irix
Sur les objectifs Irix, en plus des marques de mise au point, on remarque les marques d’hyperfocale  et de profondeur de champ que nous analyserons plus tard

Qu’est ce que la profondeur de champ ou la DOF ?

En photographie, ce qu’on doit comprendre en premier est la mise au point. Celle-ci est très compliquée à expliquer techniquement, car elle diffère selon plusieurs facteurs et si l’on modifie l’un d’eux, tout peut changer et être différent. Elle peut être aussi une perception personnelle et varier d’une personne à l’autre.

Dans cet article publié précedemment sur notre blog, on vous explique tous les détails sur la profondeur de champ mais pour ma part, je préfère donner mon propre point de vue.

En général, on dit que les éléments d’une photographie sont bien mis au point quand ces deux conditions sont remplies :

  • L’élément est net. Nous voulons dire ici que les détails de la photo se distinguent parfaitement et les bords sont des lignes plus ou moins marquées et non estompées. 
  • L’élément en question est séparé clairement des autres éléments qui l’entourent.

Bien que ces deux concepts soient clairement liés, d’autres facteurs comme le bruit ou son absence, le contraste et l’exposition aident à générer une perception nette des éléments. Les phénomènes environnementaux comme le brouillard ou la brume peuvent nous faire montrer des éléments flous alors qu’ils sont parfaitement nets.

Hyperfocale IRIX
Il n’est pas toujours indispensable d’avoir toute l’image parfaitement nette. Une mise au point ciblée est un moyen de composition très intéressant pour isoler et mettre en valeur des éléments précis

Comme nous sommes en train de le voir, il est difficile d’expliquer la mise au point, et les choses se compliquent quand la mise au point est progressive. Bien sûr, je ne vais pas maintenant vous vendre des verres progressifs ni d’autres choses, car pour cela vous avez Alain Afflelou. Ce que je veux dire, c’est que dans une même image, vous pourrez avoir des éléments très nets, d’autres un peu moins, d’autres avec un certain degré de netteté et certains totalement flous.

Nous pourrions dire que la zone de mise au point est une bande qui traverse la photographie depuis les pieds du photographe jusqu’à l’infini (qui n’est pas forcément le bord du haut de la photo) et qui comprend une certaine largeur de l’image. Cette zone de mise au point correspond à la profondeur de champ. C’est-à-dire que c’est la quantité d’image qui a un certain degré de mise au point, nous paraissant acceptable, et qui varie comme une montagne russe, du sommet jusqu’au pied de cette montagne pour ensuite se réduire au minimum. Dans certains cas, comme nous le verrons, ce degré monte et ne redescend plus ou très peu.

Hyperfocale IRIX
Sur les photos avec une grande ouverture et une mise au point sur un élément au premier plan, la profondeur de champ est minime et on observe clairement comment elle se réduit progressivement devant et derrière l’élément focalisé

Nous pouvons déterminer, en regardant cette zone, une Limite de Mise au Point Proche, qui est la ligne où les éléments commencent à être focalisés à partir de nos pieds. Nous pouvons également définir la Limite de Mise au Point Lointaine, comme la ligne où les éléments commencent à être flous.

Hyperfocale IRIX
Même avec des grandes ouvertures, nous pouvons obtenir une profondeur de champ. Mais toujours avec quelques limites

Que cette zone ou cette profondeur de champ soit plus large ou plus étroite, cela dépend fondamentalement de trois facteurs :

  • L’ouverture du diaphragme de l’objectif. Plus l’ouverture est grande, moins il y a de profondeur de champ.
  • La focale de l’objectif ou le zoom. Plus on zoome, moins il y a de profondeur de champ.
  • La distance entre le sujet principal et l’appareil photo. Plus il y a de distance, plus il y a de profondeur de champ cette fois-ci.
Hyperfocale IRIX
Avec des ouvertures plus fermées, nous pouvons obtenir des profondeurs de champ presqu’à l’infini

Les marques de profondeur de champ sur les objectifs Irix

Observons maintenant notre objectif Irix 15 mm. Plus précisément le système de la bague de mise au point et nous allons prêter attention aux éléments qui la composent.

Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

Quelques marques de distance tant en mètres qu’en pieds (un mètre correspond à peu près à trois pieds, il est bon de le rappeler de temps en temps) sont gravées ou peintes sur la bague.

Comme nous utilisons le système métrique décimal, nous laisserons de côté les marques des pieds et nous nous concentrerons sur les mètres. Les marques qui apparaissent sont :

Début 0,25 0,3 0,4 0,5 0,7 1 2 3 Infini  Fin

Si nous observons les distances sur les marques, on se rendra compte que celles-ci ne sont pas uniformes. Au début, la séparation entre les marques est très grande puis elle se réduit au fur et à mesure. De telle manière que la marque 2,3 et l’infini sont très proches l’une de l’autre. Gardez cette information en tête car on l’utilisera plus tard.

Maintenant concentrons-nous sur la partie inférieure, la plus près de la monture. Gravée ou peintes sur l’objectif, nous voyons la marque principale de mise au point et d’autres marques qui sont réparties sysmétriquement par rapport à la principale. Ce sont les marques 8, 11 et 16 qui apparaissent à droite et à gauche de la marque principale de mise au point.

Hiperfocal IRIX

Soyez attentifs, maintenant arrive le plus intéressant… Si nous fixons bien d’un 8 à l’autre 8, il y a une bande étroite, entre le 11 et l’autre 11, la zone est un peu plus large et entre le 16 et l’autre 16, la zone est encore plus large. Que cela veut-il dire ?

Si vous vous souvenez de ce que j’ai expliqué avant, la profondeur de champ varie avec le diaphragme. Ces numéros qui apparaissent ici, et je pense que vous avez dû vous en rendre compte, correspondent aux diaphragmes F8, F11 et F16. Plus le diaphragme est fermé, plus la profondeur de champ est grande, c’est-à-dire que la zone est plus large. De cette manière, les numéros sur l’objectif vont nous marquer la profondeur de champ directement sur les marques de distance présentes sur la bague de mise au point. Vous allez mieux comprendre avec un exemple :

Sur la table, je souhaite faire une photo d’un élément qui est situé à 1 mètre de moi. Je tourne la bague jusqu’à ce que la marque 1 mètre se situe sur la ligne ou la marque centrale de mise au point. J’appuie sur le déclencheur et attends la confirmation de la mise au point. Si tout est bien configuré, on doit entendre un clic, qui est l’une des caractéristiques les plus importantes de l’objectif Irix.

En prenant la photo, et sans prendre en compte à quelle ouverture de diaphragme on a pris la photo (indépendamment d’une exposition correcte ou non), l’élément sur lequel nous voulions faire la mise au point doit être parfaitement net.

Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

Maintenant, qu’arrive-t-il si nous prenons la photo avec une ouverture à F2.4 ? L’élément principal est net mais les éléments qui sont devant et derrière l’élément sont flous. Cela est dû à une profondeur de champ très petite car nous avons utilisé un diaphragme très ouvert. 

Hyperfocale IRIX
Nous voyons à F2,4 que Monito, Cokito, Leona Rosa et Jirafita sont flous et seule Leona Azul est nette. Quant à Monita Coconuna, elle l’est presque

Nous allons maintenant faire la même photo. Sans bouger la bague de mise au point, qui se maintient à la marque de 1 mètre, mais cette fois à F11.

Qu’observons-nous maintenant ?

Nous voyons que l’élément principal est net et que le reste des éléments qui sont devant et derrière sont également nets.

 A quelle distance ?

Observons une nouvelle fois la bague de mise au point et nous remarquons que la marque principale est toujours sur la marque de 1 mètre. On voit que la marque du F11 à gauche arrive presque sur le 0,7 m et que la marque du F11 à droite est presque à la marque des 2 mètres.

Hyperfocale IRIX

 Que cela signifie-t-il ?

Cela veut dire que la profondeur de champ sur une photo où un élément est situé à 1 mètre de distance, avec l’Irix 15 mm et à F11 s’étend depuis 0,7 ou 0,8 jusqu’à presque 1,75 ou 1,85 mètres. Nous avons donc une largeur de profondeur de champ aproximativement de 100 centimètres.

 Que se passerait-il si nous prenions la photo à F16 ?

Sans regarder les marques, nous pourrions déjà dire que cette profondeur de champ est plus grande puisque nous avons fermé plus le diaphragme.

Hyperfocale IRIX

 De combien est-elle plus grande maintenant ?

Observons maintenant les marques de F16 et nous remarquons que celle de gauche approche de la marque 0,7 et que celle de droite est entre 2 et 3 mètres. C’est-à-dire que maintenant, la profondeur de champ est autour des 200 centimètres. Presque 2 mètres de profondeur de champ en fermant seulement un stop de lumière complet du diaphragme.

Hyperfocale IRIX
Nous voyons à F16 que toute l’équipe est nette depuis la base Cokito jusqu’au pivot Jirafita

Que se passe-t-il avec les diaphragmes qui ne sont pas marqués ?

Le fonctionnement est similaire, mais au fur et à mesure que les diaphragmes s’ouvrent, la profondeur de champ devient de plus en plus petite. Il n’y aurait pas eu assez de place pour le marquage et il serait difficile d’établir ces distances. En plus, ces objectifs grand angle sont utilisés en grande partie pour les paysages avec des valeurs entre F8 et F16. Ce sont les plus recommandés et utilisés pour ce type de photos.

Si vous souhaitez connaître les valeurs exactes de la profondeur de champ pour n’importe quel diaphragme et pour n’importe quelle distance du sujet principal, vous pouvez utiliser une série de tableaux ou de programmes qui font les calculs exacts, en prenant en compte l’appareil photo, la focale, le diaphragme, et d’autres paramètres personnalisables.

 Qu’est ce que l’hyperfocale ?

Une fois que vous avez compris ce qu’est la profondeur de champ et comment fonctionnent les marques sur l’objectif de la marque Irix (ou sur n’importe quel autre objectif qui les a puisqu’ils sont tous similaires), nous arrivons au sujet de l’hyperfocale sur Irix, qui est pour beaucoup un tabou. Surtout parce qu’ils ne comprennent pas bien ce que cela signifie et comment l’utiliser pour prendre des photographies, notamment de paysages.

Quand j’ai débuté dans le monde de la photographie, avec au départ aucune formation, à chaque fois que j’allais réaliser des photos de paysage, je mettais la mise au point sur l’infini pour prendre les photos.

Hyperfocale IRIX
Prise avec une ouverture à F8, qui est le diaphragme est le plus utilisé. Tous les éléments sont nets

Quand je rentrais, en analysant les résultats, je voyais que l’arrière-plan de la photo était net, mais que beaucoup d’éléments du premier plan (rappel : les erreurs à éviter avec un grand angle) étaient totalement flous.

Si je pouvais, et le plus rapidement possible, j’essayais de revenir au même endroit pour prendre une nouvelle photo, mais cette-fois avec une mise au point sur certains éléments du premier plan. Cette fois-là, quand j’arrivais chez moi et que j’ouvrais la photo sur l’ordinateur, je remarquais que la mise au point était faite sur le premier plan, mais cependant que l’arrière-plan et la zone intermédiaire étaient totalement flous.

Quel dommage qu’à cette époque, il n’y avait pas tant d’articles d’apprentissage avec le tout bien expliqué, comme celui que vous êtes en train de lire en ce moment… du moins qui s’engage à le faire, c’est pourquoi nous sommes ici…

Après avoir lu quelques livres, demandé aux gens les plus compétents, tout le monde me parlait d’un mot magique. C’était comme le Saint-Graal de la mise au point des paysages. Le mot n’était pas abracadaba bien qu’il était de la même longueur. Il avait une touche plus Star Trek qu’ Harry Potter, et le mot en question était : hyperfocale.

J’ai une copine qui a un doctorat en Pçphysique optique et elle m’a donné un cours sur l’hyperfocale dont je ne me suis toujours pas remis. J’ai regardé dans de vieux documents, sur des blogs de photographes et j’ai parlé avec des personnes qui avaient des appareils photo à sténopé jusqu’aux numériques de grand format. Au final, j’ai trouvé la réponse.

L’hyperfocale est :

Après avoir beaucoup lu et écouté plusieurs définitions, je peux vous dire que la distance hyperfocale est cette distance que vous pouvez sélectionner sur la bague de mise au point de votre objectif (toujours sur votre appareil photo parce que cela dépend aussi de la taille du capteur) avec laquelle vous obtenez la plus grande profondeur de champ. C’est-à-dire que c’est la distance de mise au point où cette zone focalisée, sur laquelle les éléments ont un minimium de netteté acceptable, a la plus grande longueur et englobe le maximum sur les photos.

Hyperfocale IRIX
Si j’ai plusieurs éléments dans la scène et à différentes distances, j’ai l’habitude de fermer à F16 et utiliser l’hyperfocale pour m’assurer que tout sera bien focalisé

Cette distance hyperfocale pour une focale déterminée (par exemple pour le 15 mm de IRIX installé sur un Canon 6D) va seulement changer le diaphragme sélectionné. Il existe des tableaux, des programmes et des applications (j’ai l’habitude de les avoir sur le téléphone portable car certaines sont gratuites) qui vous indiquent la distance hyperfocale. C’est-à-dire qu’ils vous disent à quelle distance vous devez faire la mise au point pour que la profondeur de champ soit maximum. Si vous souhaitez apprendre à la calculer, dans ce post, nous vous apprenons comment calculer la distance hyperfocale.

Et combien mesure cette profondeur de champ maximum ?

Normalement la profondeur de champ maximum, ce que nous avons appelée la zone de mise au point, a deux limites, comme nous l’avons indiqué auparavant :

  • La limite maximum ou lointaine (l’appellation varie selon les auteurs) qui correspond normalement à l’infini.
  • La limite minimum ou proche qui correspond à la moitié de la distance hyperfocale.

C’est en train de se compliquer. C’est le moment de voir quelques exemples et d’utiliser des schémas :

Imaginez que vous avez un paysage devant vous avec un joli puits barroque, quelques fleurs au premier plan, des arbres touffus derrière le puits et en arrière-plan une magnifique montagne avec de spectaculaires roches dolomites  qui sont aujourd’hui à la mode dans les photos de paysage.

Le photographe néophyte, celui qui n’a pas eu la chance de lire cet article 😉 , laisse l’appareil photo en mode automatique tant pour l’exposition que pour la mise au point. Il vise vers le puits, laisse son doigt sur le déclencheur pour que la lecture de l’exposition et de mise au point se fassent et prend la photo. La mise au point centrée sur le puits et l’exposition ont fait que la photo a été prise avec l’ouverture de diaphragme la plus grande de l’objectif, par exemple F2,8.

Hyperfocale IRIX

Comme résultat, il obtient une photo avec une assez bonne exposition, un puits qui est net, mais pas plus. En ayant le diaphragme très ouvert, la profondeur de champ est réduite et les limites ne s’étendent pas suffisamment et seule la zone de mise au point est dedans et rien de plus.

Pour le photographe qui s’est renseigné, il se souvient qu’en fermant le diaphragme il augmente la profondeur de champ. Il met donc son appareil photo en mode d’exposition manuel, ferme le diaphragme à F8 et règle l’exposition en fonction. Il fait la mise au point directement sur le puits et prend la photo.

Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

 

La profondeur de champ a en effet augmenté mais pas suffisamment. Les fleurs et les arbres commencent à être nets. Les montagnes restent floues car en fermant autant le diaphragme, elles ne sont pas rentrées dans la zone de mise au point.

Il se demande alors si cela serait une bonne idée de faire la mise au point à l’infini avec un diaphragme fermé. Il aura peut-être de la chance. Il prend donc la photo.

Hyperfocale IRIX

Maintenant, la limite Lointaine correspond à l’infini. Les montagnes sont parfaitement nettes, mais seule une partie du puits est nette et les fleurs du premier plan sont floues.

Le photographe est désespéré, il ne sait plus quoi faire. Il avait à l’esprit de belles photos de paysages parfaitement nettes. Comment font les photographes pour avoir des photos où tout est bien net ?

Lui vient alors un mot à l’esprit, comme un écho lointain, quelque chose qu’il avait lu sur un blog très intéressant de son magasin de photographie préféré : Photo24. Quelque chose qui s’appelle l’hyperfocale. Il avait gardé une capture d’écran d’un tableau avec les hyperfocales de son objectif. Il prend son téléphone portable et voit que l’hyperfocale pour F8 est exactement de 6 pieds ou de 2 mètres. Alors, il règle son appareil photo sur F8, règle l’exposition, place la mise au point sur la fonction manuelle et le fixe sur 2 mètres ou 6 pieds (ou il le laisse en mode automatique et fait la mise au point directement sur un élément situé à 2 mètres, dans le cas où vos objectifs n’ont pas les marques de la mise au point manuelle ou s’ils en ont pas tout simplement).

Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

Il obtient un résultat où tout est mis au point parfaitement, sauf les fleurs du premier plan qui n’étaient pas totalement dans la limite proche. C’est pour cela qu’elles ne sont pas suffisamment nettes.

Le photographe se demande alors comment il peut faire pour que tout soit net. Trois solutions lui viennent à l’esprit :

  • La première méthode est celle connue comme la méthode dite du « lépreux ». Cela consiste à arracher les fleurs et les replanter près du puits. Il écarte rapidement cette méthode parce qu’il n’a pas assez de connaissance en horticulture. Entre nous, je connais peu de photographes lépreux. Il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances en jardinage pour faire de belles photos… mais on fait des blagues depuis l’enfance…
  • La deuxième méthode consiste à reculer. Suffisamment pour que la Limite Proche arrive devant les fleurs et que celles-ci soient nettes, comme tout le paysage. Mais s’il recule de trop, il sort du cadre de notre dessin donc il rejette également cette méthode.
  • Il apllique alors la troisième méthode qui est de réduire l’ouverture du diaphragme pour avoir une hyperfocale avec son objectif IRIX plus près et inclure ainsi les fleurs. Il met son diaphragme sur F16 (par exemple), regarde le graphique des hyperfocales qui correspond maintenant à 5 pieds, soit environ 1,66 mètres. Il configure cette mise au point et prend la photo.

Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

Maintenant, la Limite Proche est presqu’aux pieds du photographe et tout le paysage est net, des montagnes aux fleurs en passant par le puits.

Notre photographe a appris que s’il fait la mise au point à une certaine distance, connue comme l’hyperfocale, et consulte des tableaux ou des applications, il obtient cette photo avec une mise au point suffisante de l’infini jusqu’à la moitié de cette distance hyperfocale. C’est-à-dire que si la distance hyperfocale sur Irix est de 2 mètres, la limite proche se situera à la moitié de cette distance. Soit à seulement 1 mètre et la limite loin  à l’infini.

 Marques de l’hyperfocale sur les objectifs Irix

Si vous êtes les heureux détenteurs d’un objectif Irix, vous remarquerez que comme sur la bague de mise au point, sont indiquées trois marques F8, F11 et F16, juste à côté du mot « Hyperfocale ». En mettant la marque correspondante à votre diaphragme jusqu’au point où se trouve la marque de focalisation peinte sur votre objectif, vous aurez déjà fait la mise au point de l’hyperfocale et obtenu la profondeur de champ maximum  disponible pour cette combinaison du diaphragme, objectif et appareil photo.

Tellement simple. Sans avoir à perdre du temps à consulter les tableaux et les programmes lors de la préparation de vos photos.

Vous pourrez faire la vérification suivante : si par exemple, vous mettez la marque de l’hyperfocale sur F8 (celle que j’utilise le plus souvent) sur le point de focalisation, vous remarquerez que les marques de la profondeur de champ dont nous avons parlé au début de l’article, se situent de la manière suivante :

Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

  • Celle de droite sur l’infini marquant la limite lointaine
  • Celle de gauche sur près de 2,5 m

Sur F8 et avec l’IRIX placé sur la distance hyperfocale de F8, la zone de mise au point ou la profondeur de champ sera comprise entre les deux mètres et demi et l’infini. Idéal pour n’importe quel paysage… et si quelque chose reste en dehors de la limite proche ou bien si nous changeons le diaphgrame sur F11 ou F16 et son hyperfocale sur l’objectif Irix correspondant ou bien nous appliquons la méthode du lépreux (celle du jardinage … mdr)

Par exemple, à F16, la largeur de la zone de mise au point ou la profondeur de champ va de près de 0,75 ou 0,80 jusqu’à l’infini, donnant près d’un mètre et demi de marge dans la Limite Minimun ou Proche,

Hyperfocale IRIX
Irix 15 mm mis sur l’hyperfocale de F16

Quand le sol se couche et que nous sommes obligés d’ouvrir le diaphragme en dessous de F8, nous devons utiliser les tableaux, les programmes ou les applications pour connaître la distance hyperfocale. Nous verrons comment la limite proche s’éloigne de nos pieds, laissant dans de nombreuses situations les éléments de notre paysage en dehors de la profondeur de champ.

Dans ce cas-là, nous devrons réfléchir comme des pros. Vous devrez alors ouvrir le diaphragme, utiliser un bon trépied et ne pas focaliser sur l’hyperfocale. Tout ceci dépendra de nos intérêts comme de la disposition des différents éléments de notre paysage.

Hiperfocal IRIX
Pour des photos de la Voie lactée, il est très risqué avec les grandes ouvertures de mettre l’hyperfocale car vous pourrez rater la photo. Dans ce cas, je préfère focaliser sur l’infini et bien avoir le firmament focalisé. Pour cela, le clic de mise au point de l’Irix 15 mm est une merveille car il vous permet de focaliser à l’infini sans avoir à allumer aucune lumière

Pour les passionnés de photographie de paysage et des grands angles, il est essentiel de bien connaître les concepts de profondeur de Champ et d’hyperfocale puisqu’il est nécessaire de savoir quelles sont les parties de nos paysages qui vont être nettes et celles qui ne le seront pas.

Mise au point avec l’objectif Irix pour la photographie d’étoiles et de la Voie lactée

Quand nous prenons des photos nocturnes d’un ciel étoilé ou d’une superbe Voie lactée, il est intéressant d’avoir toujours de forme exacte le focus sur les éléments les plus importants : les étoiles.

Bien que nous ayons devant nous un paysage intéressant ou un élément que nous souhaitons inclure dans notre scène avec un joli arrière-plan étoilé, nous devons nous assurer que l’arrière-plan soit bien mis au point.

Pour réaliser une belle photo d’un ciel étoilé, nous devons choisir les diaphragmes les plus ouverts possibles tels le F2.4 sur les objectifs IRIX pour réduire au maximum le temps d’exposition afin que les étoiles soient des éléments ciblés et non des traces lumineuses comme pour une photographie circumpolaire.

Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

En utilisant le diaphragme F2.4, les marques de l’hyperfocale ne sont pas indiquées sur l’objectif. Cependant, l’un des avantages qu’ont les objectifs Irix est qu’ils sont bien calibrés et en plus, la marque de mise au point à l’infini se trouve facilement, même dans l’obscurité totale car on entend un clic quand on tourne la bague de mise au point et que l’on passe par ce point exact.

Tout ceci, je le sais par expérience. Le paysage peut-être magnifique comme le ciel étoilé, si la photo n’est pas parfaitement bien mise au point, elle nous sera « désagréable ». Je conseille donc de faire la mise au point directement sur l’infini afin d’obtenir un ciel parfaitement net.

Comme nous sommes en train de travailler avec un grand angle, et comme je l’ai signalé auparavant, le focus se réduira peu à peu, mais la limite proche se situera à quelques mètres de nos pieds, et donc presque tout le paysage sera net.

Même avec les éléments qui pourraient rester un peu en dehors du focus, avec la semi-pénombre, le résultat ne sera absolument pas désagréable, donnant généralement une photo parfaite.

Les marques de profondeur de champ et d’hyperfocale sur les objectifs Irix

L’idée d’Irix d’inclure aussi bien les marques de profondeur de champ que celles de l’hyperfocale sur ses objectifs, est très intéressante. Avec des diaphragmes standard de paysages, allant de F8 à F16, et en jetant un coup d’oeil sur l’objectif, nous pouvons connaître exactement les valeurs de notre zone de mise au point, et faire la mise au point rapidement sur la distance de l’hyperfocale. La prise de la photographie est alors facilitée, nous permettant de nous concentrer sur d’autres éléments importants de la photo, comme l’exposition ou le cadre.

Félicitations aux employés d’Irix pour avoir mise en place cette particularité sur leurs objectifs, en plus d’autres caractéristiques qui font qu’aujourd’hui de la marque la meilleure option pour acheter un objectif grand angle.

Toutes les photos sont prises avec l’Irix 15 mm.
Hyperfocale IRIX

 

Texte original (traduit de l’espagnol) et photos : Alberto Bouzón

Leave your vote

4 points
Upvote Downvote

Total votes: 4

Upvotes: 4

Upvotes percentage: 100.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Written by Sebastien Rampon

Originaire de région parisienne, je me suis familiarisé avec la photographie au cours des nombreux voyages et reportages effectués au cours de ma vie. Egalement cinéphile, j'aime par-dessus tout échanger et transmettre aux autres ma passion pour l'image.

2 Comments

Leave a Reply
  1. Merci pour ces précisions car le manuel étendu sur l’Irix 15mm est uniquement en anglais, mais que signifie le « R » sur l’échelle fixe ?

    • Bonjour,

      C’est vrai que cet élément n’est pas explicité dans le post 😉 La lettre R présente sur le barrillet correspond à la photographie infrarouge. La réfraction de la lumière dépend de la longueur d’onde. La lumière infrarouge possède une longueur d’onde différente de la « lumière normale », disons. D’où la nécessité de corriger cette différence en utilisant la marque R de l’objectif Irix comme référence pour faire la mise au point principale. Autrement dit, au lieu de choisir la marque de mise au point centrale évoquée dans l’article, on doit utiliser cette marque R pour compenser cette forme différente d’arrivée de la lumière dans le capteur et pour que tous les éléments soient bien mis au point. C’est là un autre avantage de la marque Irix, présent sur toute sa gamme d’objectifs, et qui fait la différence par rapport à ce que proposent les autres fabricants.

      Merci de votre question et bonne journée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *